jeudi 21 mars 2019

ATEC-TROYES LA BONNETERIE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

ATEC-TROYES LA BONNETERIE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

Actuellement, je travaille une brochure pour l'ATEC :

Je recherche des ouvrages anciens sur cette industrie à TROYES & AUBE !

Faire offre, Merci !

Jacques Roland Fournier, Président webmaster et communication, cofondateur ATEC 

LA BONNETERIE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI
 « TOUT CE QUI EST MAILLE EST NOTRE »

jeudi 14 mars 2019

ATEC-TROYES Académie troyenne d’études cartophiles, samedi 16 mars, à 16 h, à la Maison du patrimoine, LES TEMPLIERS par Thierry Leroy Historien, médiéviste, écrivain, conférencier, Thierry Leroy est Docteur en histoire




Les Templiers 

par leur spécialiste



Hugues de Payns et les Templiers, un moment d’érudition avec Thierry Leroy.




jeudi 7 mars 2019

Conférence ATEC-TROYES, 16 mars 2019 à 16 H 00, Hugues de Payns et les Templiers



     ACADEMIE TROYENNE D’ETUDES CARTOPHILES

Conférence ATEC   16 mars 2019 à 16 H 00,
 Maison du Patrimoine, Saint-Julien les Villas

Thierry PF Leroy, historien médiéviste, écrivain, conférencier.
Docteur en Histoire avec une thèse soutenue en novembre 2016 à Troyes ayant comme sujet: Les Templiers en Champagne.
Premier biographe de Hugues de Payns, fondateur et premier maître des Templiers. Ecrivain, auteur de 6 essais historiques et de 3 romans ayant tous comme point commun le Moyen-Age champenois et l'ordre du Temple.
Président fondateur de l'Association culturelle Hugues de Payns et du musée des Templiers de Payns.
Membre résidant à la Société académique de l'Aube.

Hugues de Payns et les Templiers
En janvier 1120, aux lendemains de la première croisade, une poignée d’hommes font le vœu de défendre les pèlerins se rendant outremer. Ils s’organisent autour d’un homme d’exception : Hugues, seigneur de Payns en Champagne. La confrérie ainsi créée prit rapidement le nom de Chevalerie du Temple ou Templiers. Devenu le premier ordre religieux et militaire d’Occident après le Concile de Troyes de 1129, l’ordre du Temple connaitra deux siècles de gloire en Terre sainte, prenant part à tous les combats sans omettre de nouer de solides liens d’amitié avec les autochtones, avant d’être dissous par le pape après un procès inique ayant conduit le dernier maître de l’ordre sur le bûcher et provoqué la naissance d’un véritable mythe (trésor, malédiction, suspicion d’hérésie, …).
Si les chroniqueurs des Templiers citent tous le nom de leur fondateur, les origines et la biographie  de Hugues de Payns furent oubliés pendant des siècles avant de ressurgir à la fin du XXème siècle grâce aux travaux de Thierry Leroy qui consacre ses travaux  à cet homme extraordinaire depuis plus de trente ans. L’historien de revenir sur ses découvertes et de retracer l’itinéraire de Hugues de Payns et des Templiers de la Champagne à Jérusalem.

vendredi 1 mars 2019

Brienne-le-Château - Bourse aux Cartes Postales, 3 mars 2019



  • Foyer Rural Brienne-le-Château Gratuit   03/03/2019 de 09:00 à 17:00


Venez découvrir nos dernières cartes postales modernes à collectionner. Nous éditons mensuellement de brochures historiques illustrées de nombreuses cartes postales anciennes. 


Voir programme de nos conférences sur le sitehttps://atec-troyes.blogspot.com/

Pour cette bourse, nous serons une petite équipe resserrée mais très déterminée, prête à vous accueillir et vous conseiller !


ATEC-TROYES Vie rurale et métiers d'antan dans l'Aube. Notre dernier exemplaire en vente à la bourse de BRIENNE dimanche 3 mars 2019

Au fil des pages, l'esquisse prend forme, couleur, senteur, la vie d'antan renaît : le marteau du forgeron se fait entendre ; un troupeau de vaches rentre du pâturage ; "Ohé ! le flot !", vite les lavandières ramassent le linge, une brelle passe sur la rivière emportant un triolo oublié... Recherches, analyses, anecdotes, témoignages évoquent le travail de la terre, du bois, de la pierre, l'artisanat, le commerce, l'industrie, les transports, et sont illustrés par de belles cartes postales anciennes et autres documents d'époque. Des métiers oubliés surgissent du fond des mémoires, quelques pages font revivre des usines fermées depuis longtemps, les villages s'animent traversés par des troupeaux d'oies ou de moutons...

jeudi 21 février 2019

ATEC : Mémoire de la saboterie auboise, article de presse Est-Eclair


ATEC-TROYES, 23 février 2019 Sabots et Sabotiers Louis Croisé et la coopération ouvrière

Les Sabotiers d'hier dans l'imagination contemporaine font partie de ces hommes des bois disparus avec l'exploitation paysanne de la forêt.




ATEC-TROYES, conférence publique du 23 février 2019
« Sabots et Sabotiers Louis Croisé et la coopération ouvrière »
Les Sabotiers d'hier dans l'imagination contemporaine font partie de ces hommes des bois disparus avec l'exploitation paysanne de la forêt.
 Au XIX° siècle, de nombreux ateliers de sabotiers sont signalés dans l’Aube : nombreux dans la Barséquanais, dans la vallée de l’Aujon, aux Croutes, à Pâlis, à Saint-Martin-ès-Vignes, à Saint-Julien, à Villenauxe, à Javernant, à Cunfin... Au XX° siècle, un des derniers à Troyes : Guénot rue Général Saussier et Louis Croisé rue de la Grande-Planche à Saint-André-les-Vergers.
En 1844, près de 500 ouvriers sont occupés toute l'année à fabriquer des sabots, des attelles de collier, des bois de selle et des pelles. Une fabrique de Gyé-sur-Seine était spécialisée dans la fabrication de semelles de galoches. A Ervy-le-Châtel, la fabrique de galoches MALLET-MEUNIER, puis VALLAT-MEUNIER et enfin Vve E. MEUNIER occupait une douzaine de personnes, ouvriers et familles réunis sur un très beau cliché ancien.
Le marché aux sabots et aux souliers se tenait le samedi rue Emile Zola, puis à partir de 1900, place Saint-Rémi.  Ces artisans, qui vivaient et travaillaient dans des huttes ou cabanes dans les forêts, d’Aumont et du Pays d’Othe… On finit par rejoindre au XX° siècle les villages et les villes pour y exercer leur métier artisanal. Ils se contentaient désormais, le plus souvent, d’y venir choisir les billes de bois qui leur convenaient et qu’ils se faisaient livrer à domicile.
Cette conférence ATEC se propose de retracer le parcours d’un sabotier de Pâlis Louis Croisé et de sa profession en constante diminution en effectif de sabotiers et de vente au profit de la chaussure en cuir. La galoche ayant un temps permis un maintien des approvisionnements, en particulier durant l’Occupation.
La saboterie n’est plus aujourd’hui qu’une curiosité touristique.

Conférence ATEC par Jacques Roland FOURNIER
Samedi 23 février 2019
Maison du patrimoine, Saint-Julien-les-Villas à 16 h 00. Entrée Gratuite !


Autre annonce parue sur le Net :
Mis en ligne par Marie José GRISELLE, responsable de notre Lettre Mensuelle.

La nostalgie au cœur des sabots ! Aujourd’hui, sabotiers et sabots éveillent la curiosité. Ils semblent pourtant retenus dans un espace anachronique. Que reste-t-il du monde de la saboterie ? C’est ce que nous allons tenter de vous exposer avec l’aide de nombreuses sources iconographiques.
Jusqu’à l’apparition de la chaussure dite « moderne » après la 2ème guerre mondiale, rares étaient les villages qui n’avaient pas de sabotier. En 1870, la France comptait 25 000 sabotiers pour une production manuelle estimée à 37 500 000 sabots (soit 18 750 000 paires). En 1934, ils ne seront plus que 12 000. D’une part le métier nourrissait mal son homme, la chaussure « moderne », plus confortable, plus pratique et moins coûteuse à produire, pointait déjà le bout de son nez grâce à l’industrialisation. De nos jours, seuls quelques groupes folkloriques sont encore à demander de ce chaussant d’un autre âge.
Louis CROISÉ, fils et petit-fils de sabotier, est né en 1874 à Pâlis et décédé en 1953 à Sailly-sur-la-Lys (Pas de Calais). En 1904, il fut élu conseiller municipal de Pâlis puis à Troyes et Conseiller général. Militant guesdiste, il était également membre de la Société coopérative de consommation «L'avenir de Pâlis». Le citoyen Louis Croisé ne pouvait donc mieux faire, pour servir la cause des travailleurs, que d'étudier la situation véritable de sa profession.
La carte postale ancienne va nous aider à resituer Louis Croisé. Son ascension sociale prouve toutes ses qualités et compétences. 


lundi 18 février 2019

ATEC-TROYES Les Cartophiles-Historiens en pleine action explications-ventes !

Salle polyvalente 18 allées du Château des Cours 10800  SAINT-JULIEN-LES-VILLAS
Une équipe dynamique : de gauche à droite
Jacques, Didier, Rémy, Denyse, Jean-Pascal, Marie-France et Gérard !
Sur le stand nous proposions CPM et brochures.
Nous ferons de même à BRIENNE-le-CHÂTEAU, le 
3 mars 2019. Venez nombreux nous retrouver ! Merci !

dimanche 10 février 2019

ATEC-TROYES, La lettre mensuelle en consultation



La lettre mensuelle peut être consultée dans les organismes suivants :

Archives Départementales, rue Etienne Pédron
Archives Municipales, Hôtel de Ville de Troyes
Maison du Patrimoine à St-Julien-les-Villas
Médiathèque de Troyes Champagne Métropole, boulevard Gambetta
Sauvegarde Avenir de Troyes, bureau Maison des Ponts tournants
Société Académique de l'Aube, bibliothèque ouverte le mercredi de 14 h à 16 h

dimanche 27 janvier 2019

29e BOURSE CARTES POSTALES, SAINT-JULIEN-LES-VILLAS (Aube), Samedi 16 février 2019

Membres de l'ATEC :
Chers Amis,
Samedi 16 février 2019 :  
quels sont les volontaires pour tenir le stand ATEC ?

Le matin : 8h00 à 12 h 00
L'AM de 13 h 00 à 18 h 00.
Merci de votre réponse,
à Jacques.fouinos@gmail.com

Ont dores et déjà donné leur accord de participation :
Marie-France, le matin
Jean-Pascal, la journée !
Denyse, la journée !
Claude en début d'après-midi.
Gérard, la journée !
Marie-José, la journée !

BOURSE CARTOPHILIE
SAINT-JULIEN-LES-VILLAS (Aube)
De 8h30 à 17h30
Bourse Cartes Postales - Fèves - Monnaie - Philatélie & petits objets de collection ...

50 exposants en 2018




Eugène Théodore Guyot, photographe à Troyes

Photographe actif à Troyes (Aube), au 2 et 4 rue de la Paix, vers 1878 jusqu'au début du XXe siècle. Studio, 2 rue de la Paix. Succède à Moilon. Fondé en 1866. Médailles d'argent (Exposition industrielle de Troyes 1883), d'argent (Troyes 1886), d'or (exposition vinicole et industrielle de Troyes 1888). Actif en 1897. Sa veuve lui succède.
 Signature, certainement sa veuve !
Eugène Théodore Guyot, né le  24 mars 1858 à Merrey sur Arce, a épousé le 12 août 1879 à Troyes Joséphine Marie Roussel, demoiselle de magasin. L'atelier du photographe Eugène Guyot était situé au 2, rue de la Paix.

mercredi 23 janvier 2019

ATEC-TROYES, Retour sur nos 20 ans...

Claude Bérisé (à gauche) et Jacques Fournier ont fondé l'académie avec Dany Peuchot. Le premier en est devenu le président d'honneur, le second va en devenir le président
Lorsque les cartes postales mènent à l'histoire locale

L'académie troyenne d'études cartophiles fête aujourd'hui ses 20 ans. En deux décennies, elle a beaucoup contribué à l'enrichissement de la mémoire
On reproche souvent aux collectionneurs d'être des individualistes. À Troyes, les passionnés de cartes postales anciennes échappent à la règle.Il y a vingt ans, trois des leurs ont fondé l'Académie troyenne d'études cartophiles (ATEC). Alors que l'association fête aujourd'hui (entre ses membres) ses 20 ans, son apport à l'histoire locale s'avère impressionnant. Au point que cette association est devenue, à bien des égards, une seconde société académique.À ce jour, elle a édité 145 brochures, chacune consacrée à un thème particulier. Grâce aux recherches de ces collectionneurs, ont été exhumés des épisodes oubliés de la vie auboise. Comme le circuit de Torvilliers (par Claude Bérisé) et la communauté socialiste Liefra dans le Barséquanais (par Jean-Marie Tassin). Plusieurs autres brochures sont devenues des ouvrages de références comme celle consacrée aux dernières chaumières (par Michel Toussaint), à l'histoire de l'école Jules-Ferry (par Jean-Claude Bibolet) ou encore celle concernant Raoul Vion et la réclame humoristique, dont celle de la Ruche moderne (Par Jean Darbot, Jacques Fournier et Michel Toussaint).Rien ne prédestinait ces collectionneurs à entreprendre des recherches historiques. « Nous étions plusieurs à ne plus trouver grand-chose pour enrichir nos collections » se souvient Claude Bérisé qui fut le président-fondateur de l'ATEC en compagnie de Jacques Fournier et Dany Peuchot. « Nous avons cherché alors à faire vivre nos collections, en cherchant à en avoir plus sur ce que représentaient ces cartes postales anciennes».Il y a vingt ans, elles n'étaient pas encore considérées comme des documents historiques à part entière. « Aussi bien aux archives qu'à la bibliothèque municipale, elles étaient stockées dans des cartons, pas répertoriées », raconte celui qui est devenu le président d'honneur de l'Académie.Pour éviter de se scléroser, l'association change tous les deux ans de président. Tour à tour Robert Piat, Martine Demessemacker, Claude Sauvageot, Serge Cayrel, Marie-France Solignac, Jacques Rosé et Catherine Robinet en ont pris la direction. Ces différents présidents ont su associer les plus grands noms de l'histoire locale à leurs recherches : de Gabriel Groley à Françoise Bibolet , de Brice Collet à Jeannine Launay. D'où, aussi, la qualité de leurs travaux.Tous ont été publiés sans l'aide des collectivités. « Nous n'avons jamais demandé de subvention », déclare Claude Bérisé. L'association s'est toujours autofinancée. Dans le futur, elle projette de publier un livre réunissant les plus intéressantes cartes postales anciennes consacrées au travail dans l'Aube. D'ores et déjà les plus grands collectionneurs du département ont donné leur accord pour apporter leur pierre à l'édifice.En vingt ans, l'ATEC a non seulement enrichi la mémoire mais a donné une impulsion qui n'est probablement pas prête de s'arrêter.L'académie a déjà réussi à éditer 145 brochures, sans l'aide de subventions.

Auteur : Jorge D'HULST
Article paru le : 20 novembre 2010 dans LIBERATION_CHAMPAGNE

mardi 22 janvier 2019

QUI est l’ATEC-TROYES ? Une Académie cartophile


QUI est l’ATEC-TROYES ? 
Faut-il encore rappeler et résumé pour les nouveaux membres (Oui, il y en a !) et pour les personnes et institutions à qui nous envoyons notre Lettre mensuelle interne. Et pour tous les internautes de passage sur ce site !

Ses buts et son caractère hors norme. Ce n’est pas un club cartophile classique où les membres s’échangent ou se vendent des cartes. Mais une académie où on étudie les cartes et où on communique ses découvertes, avec les éléments historiques qui se rapportent aux illustrations.

L'Académie troyenne d'études cartophiles est une association culturelle et patrimoniale qui étudie l'histoire locale à partir des cartes postales anciennes et de tous types de documents imprimés ou numérisés. Académie troyenne d’études cartophiles - ATEC (abréviation acronyme)
L'ATEC donne régulièrement des conférences à l'Auditorium de la Maison du Patrimoine de Saint-Julien-les-Villas. Programme sur notre blog : https://atec-troyes.blogspot.com/p/lieu-de-conference.html

Rappel de l’HISTORIQUE de l’ATEC
Octobre 1990 : plusieurs collectionneurs de cartes postales anciennes avaient réussi à rassembler un très grand nombre de vues sur les thèmes qui les intéressaient. Au fil des mois, ils pouvaient constater qu'ils ne faisaient plus beaucoup de découvertes. En comparant les collections, ils ont été amenés à penser que leur quête approchait de son terme. Claude Bérisé a jugé que le moment était venu de passer à ce qui devait être la 2ème phase de la démarche d'un collectionneur : l'exploitation culturelle du fonds documentaire ainsi rassemblé. Aidé par ses amis Dany Peuchot et Jacques Fournier qui partageaient ses vues sur la question, il a décidé alors de mettre sur pied une association qui n'avait pas encore d'équivalent dans le monde cartophile: une académie.
Le but essentiel des clubs de collectionneurs est de procéder à des échanges ou à des achats entre membres pour créer ou développer une collection personnelle. Le but serait tout autre : il s'agirait cette fois d'étudier les cartes postales anciennes et non de les accumuler. Il conviendrait de les examiner sous tous leurs aspects, notamment :

De porter un regard sur la technique cartophile :

    de dresser des inventaires d'éditeurs,
    d'élaborer la liste des productions de chaque éditeur et de procéder à des classifications,
    de rédiger une chronologie de leur apparition,
    de rechercher les procédés photographiques utilisés, etc.
2. d'évaluer leur intérêt historique et de voir dans quelle mesure elles pourraient servir à illustrer les faits marquants intervenus dans la première moitié du XX° siècle.
3. de se pencher sur leur intérêt sociologique qui est indéniable. Les cartes postales anciennes apportent en effet des éclairages multiples sur la manière de vivre, de penser et de s'exprimer des générations précédentes. Les textes qui figurent au dos, presque toujours ignorés ou même méprisés par les collectionneurs, seraient enfin pris en considération.

Les premières personnes à qui Claude Bérisé a parlé du projet ont été immédiatement intéressées. André Dernuet, précurseur en cartophilie et auteur du premier livre régional sur la question, Benoît Van Reeth, directeur des Archives Départementales et Joël Plassard, directeur de la Bibliothèque municipale, ont apporté leur soutien. Il a également rencontré les élus troyens responsables du secteur culturel qui ont offert l'aide de la municipalité : M. André Beury, maire-adjoint, M. Marc Sébeyran, maire-adjoint, M. J. Margaine, conseiller municipal.

Mais le microcosme de la cartophilie locale était trop étroit pour permettre d'atteindre les buts qui étaient les leurs. Il a été décidé dès le début de faire appel à des personnalités extérieures à la collection : historiens, chroniqueurs, érudits locaux, etc. Gabriel Groley a fait l'honneur d'accorder son parrainage.

Deux mondes différents ont donc été rapprochés :
   celui des collectionneurs désireux d'accroître leurs connaissances,
   celui des détenteurs de savoir intrigués, puis très intéressés par les cartes postales anciennes.
L'Académie Troyenne d'Études Cartophiles était née !

Les différents présidents de notre Académie ont été :
● Claude BERISE de novembre 1990 à décembre 1992
● Robert PIAT de décembre 1992 à décembre 1994
● Claude BERISE de décembre 1994 à mars 1997
● Martine DEMESSEMACKER de mars 1997 à décembre 1997
● Claude Sauvageot de décembre 1997 à janvier 2001
● Serge CAYREL de janvier 2001 à janvier 2004
● Marie-France SOLIGNAC de janvier 2004 à janvier 2006
● Catherine ROBINET de janvier 2006 à janvier 2008
● Jacques ROZE de janvier 2008 à février 2010
● Catherine ROBINET depuis février 2010 à janvier 2011
  Jacques Fournier depuis janvier 2011 à 2016
● Jacques ROZE de janvier 2017 à 2018
  Jacques Fournier depuis janvier 2019 en cours

Le travail de l'ATEC
Les membres de l'association n'ont jamais été très nombreux, entre 35 et 40 environ, car, pour entrer à l'Atec il faut d'une part être parrainé et, d'autre part, s'engager à participer à la vie de l'association notamment sous forme de communications.
L’article 2 des statuts de l’association, précisant ses buts, est effectivement très clair :
- Procéder à une étude de fond d'importantes collections de cartes postales déjà constituées.
- Établir des catalogues, des inventaires systématiques concernant les productions des éditeurs de cartes postales qui se sont consacrés à Troyes et à l'Aube.
- Rédiger des articles, des études ou des mémoires à caractère culturel, traités à partir de la carte postale et d'autres documents. Mémoires exposés en conférence publique.
- Contribuer à la promotion et à la création de cartes postales à vocation culturelle ou historique.
- Développer le goût pour la collection de cartes postales et, parallèlement, susciter un intérêt accru pour l'histoire locale et pour l'histoire en général.
Cet ambitieux programme ne laisse effectivement pas beaucoup de place aux membres « passifs »  et, après vingt-huit années d’existence, l’Atec peut être fière de ses réalisations.
Plus de 200 communications écrites, dont plus de 80 disponibles sous forme de brochures de 50 pages avec couverture en quadrichromie.
Cartes postales : désormais de nombreuses cartes postales modernes ont été éditées, tirées à 500 exemplaires et numérotées. Elles couvrent toutes des sujets locaux : personnages, évènements, petits métiers, folklore…
 Séances : Elles ont lieu le 3ème samedi de chaque mois à 16 heures.
Depuis début 2008, elles sont ouvertes au public, en entrée libre, et se tiennent à la Maison du patrimoine à Saint-Julien-les-Villas dans l’auditorium mis à notre disposition par la CAT.
Lors des séances, un membre de l'association (et très exceptionnellement un invité) présente une communication sur un sujet de son choix : histoire, art, architecture, sport, anecdotes, vie quotidienne, mode, folklore ... avec bien entendu quelques études purement cartophiles avec des éditeurs locaux ou nationaux (Paul Martinet, les Magasins Réunis, CIM, Bergeret, Léon Nicat...).
Nos séances ont d’abord été enregistrées sur bandes magnétiques, les bandes sont conservées dans nos archives, à la disposition des membres qui pourraient en avoir besoin. Depuis 2008, elles sont filmées en vidéo et gravées sur DVD.
Les imprimés : dès l’origine, certaines communications présentées ont fait l’objet d’une diffusion imprimée auprès des membres qui le souhaitaient. Il s’agissait souvent de textes manuscrits incluant des cartes postales collées, l’ensemble étant photocopié !
Les textes ont ensuite été dactylographiés… puis saisis informatiquement. A ce moment, il fut possible de scanner les cartes postales pour en inclure l’image dans le texte. Ce grand progrès technique permit aussi d’en garder trace sous forme de sauvegarde informatique quand l’auteur le permettait. Les photocopies furent de meilleure qualité et les retirages devinrent possibles !
Nous conservons un exemplaire d’archive de toutes les communications écrites mais, dans la plupart des cas, nous ne pouvons pas les refaire car les auteurs nous ont quittés (sont souvent décédés) et nous n’avons pas les cartes postales originales. Quand cela est encore possible, nous les ressaisissons informatiquement (exemple : la crémière du canton d’Essoyes de novembre 1992).
Les brochures sorties ces dernières années sont réimprimées au fur et à mesure des besoins et depuis début 2008 où nous avons ouvert nos séances au public (en entrée libre), nos tirages sont plus importants et font l’objet d’un dépôt légal. Les tirages sont effectués par photocopies auprès du Centre d’Aide par le Travail de Troyes, ce qui nous permet une certaine souplesse dans les réapprovisionnements (minimum de réimpression : 15 ex.) et des stocks pas trop importants. Difficile à tenir aujourd’hui où les ventes sont globalement en baisse… Stock moyen permanent 600 à 700 brochures, ce qui est trop élevé et maintient un actif bloqué assez lourd dans notre gestion.
 Nos interventions : en dehors de nos séances mensuelles, nous répondons à de nombreuses invitations. Collectivement nous participons à des bourses cartophiles; nous sommes présents ponctuellement sur certains salons.
A titre individuel et très fréquemment, nous donnons à la demande, les conférences présentées initialement aux séances de l’Atec. Conseils : notre Académie, ou certains de nos membres, sont souvent sollicités pour des conseils cartophiles, des renseignements ou des prêts (numériques) de cartes postales. Les demandes sont examinées individuellement et reçoivent toutes une réponse. 


Mais dorénavant on n’a jamais vu autant de cartes !

Internet a remplacé toutes ces dispositions par sa capacité à montrer des cartes à profusions : sur des blogs, des sites spécialisés, marchands ou non, sur les sites de ventes aux enchères, tels EBAY et DELCAMPE pour la France, BEEKOLLECT : Site de vente aux enchères d'objets de collections (cartes postales anciennes, timbres, monnaies, billets ...). Achat et vente aux enchères. Mais il en existe d’autres à l’étranger où passent parfois des cartes françaises et auboises (rares).
Enfin, un agrégateur comme PICPLICK https://picclick.fr/  permet de trouver plus rapidement des objets en ventes sur des sites comme Ebay ou Amazon. Le monde d’internet étant quasi indéfini, ses contours évoluent rapidement. Il faut être un internaute affuté pour suivre et dénicher les cartes rares. C’est pourquoi je traque et consulte de nombreux liens chaque jour et mets les meilleures cartes en ligne sur le blog : https://atec-troyes.blogspot.com/  et sur les deux pages Facebook de l’ATEC, qui en principe s’agrègent sur la page principale. Cette dispersion relative est volontaire pour créer plus d’espaces où les internautes peuvent nous découvrir.
https://www.facebook.com/cartophilesTroyes/?ref=page_internal
https://www.facebook.com/atectroyes/
et sur ma page perso :
https://www.facebook.com/jacquesroland.fournier


vendredi 18 janvier 2019

ATEC-TROYES, conférence samedi 19 janvier 2019

Jean-Pascal BIBOLET, nous fera découvrir ce quartier de Paris au travers de cartes postales et photographies très animées.

dimanche 13 janvier 2019

ATEC-TROYES - Nos éditions de Brochures disponibles à la vente directe ou courrier

Nos brochures disponibles à la vente sont déposées à la BNF :

Brochures en vente : plus de 80 titres disponibles au 1/1/2019
et vous propose ses brochures issues des conférences plus des numéros spéciaux hors conférence.
Brochures disponibles à la vente directe ou par courrier
Demandez les en conférence, voir notre calendrier
Ou vente par correspondance, nous écrire par e-mail :
Secrétariat Général de l'ATEC
Madame Denyse LEVAIN-CHAPUT
20, impasse des Philippats 10800
St-Julien-les-Villas
Tel : 09 51 43 93 00
Courriel : denyse.levain@gmail.com
10,00€ plus 5,00 € de frais de port et d'emballage

samedi 12 janvier 2019

ATEC-TROYES tiendra son AG samedi 19 janvier 2019


ATEC-TROYES Escapade cartophile sur la colline de Belleville et le quartier de Ménilmontant à Paris"  par Jean-Pascal BIBOLET

Qui est le conférencier : Jean-Pascal BIBOLET est le fils de Jean-Claude BIBOLET et le neveu de Françoise, bien connus des membres de l'ATEC. Pour mémoire : La salle « Étude et recherche » de la médiathèque porte le nom de Françoise Bibolet.

ATEC-TROYES, « Escapade Cartophile sur la colline de Belleville et le quartier de Ménilmontant à Paris » Samedi 19 Janvier 16H00

 Assemblée Générale à 17 h 30 !

La CPA parisienne offre des "trésors" mal connus de la province !
 Ménilmontant est un quartier de Paris, autrefois village puis faubourg, situé dans le 20e arrondissement.
Avant 1860 et son annexion à Paris par Haussmann, Ménilmontant était un village des faubourgs, appartenant à Belleville.

Le nom du quartier est attesté sous la forme Mesniolum mali temporis en 1224.
« Mesnil » est un toponyme très répandu en France. A partir de mansionile (diminutif bas-latin de mansio : gîte-relais situé le long d’une voie romaine), le français médiéval a produit maisnil : domaine rural.
Quant au suffixe « Montant », il dériverait de « mau-temps » : la maison au mauvais temps. Transformé au xvie siècle en « montant » du fait de la situation du village à flanc de coteau, le « Mesnil-Mautemps » s'est altéré en « Mesnil-Montant ».