mercredi 17 octobre 2018

ATEC-TROYES reçoit Dany PEUCHOT, passionné de patrimoine local et de son histoire.

Passionné de patrimoine local et de son histoire, Dany Peuchot a parcouru le département de l'Aube qui compte plus de 430 communes. Les monuments commémoratifs de chacune d'entre elles ont été photographiés et plus particulièrement, lorsqu'ils étaient admirablement fleuris et pavoisés.
Qui a construit tous ces monuments ?
Qui a participé à leur inauguration ?
En les observant de plus près, bien des questions lui sont venues à l'esprit et, pour en apprendre davantage, celles-ci l'ont incité à consulter divers fonds détenus par les Archives départementales de l'Aube, en particulier la presse locale de l'époque, ce qui lui a permis de découvrir et de lire des comptes rendus contemporains de leur inauguration, tous aussi enrichissants les uns que les autres.
Ensuite, le dépouillement attentif et systématique des dossiers communaux concernant les monuments aux morts, l'ont renseigné sur le nom de chacun des maires en exercice, sur le nombre des disparus au combat, sur les noms des entrepreneurs et artisans qui ont construit ces monuments et sur tout ce qui a contribué à leur érection.
L'envie d'approfondir ses recherches l'a conduit alors à pousser et à franchir les portes des mairies et celles des églises en vue de dresser un inventaire des plaques commémoratives, des diplômes, des tableaux retraçant des épisodes de la guerre.
En ces lieux, l'accueil de la part des maires, des personnels communaux et des personnes responsables de l'ouverture et de la fermeture des portes des églises fut toujours excellent.
Les monuments et les plaques commémoratives recensés dans le département de l'Aube, alors érigés et installés à la mémoire des soldats morts ou disparus durant la Première Guerre mondiale, sont présents dans 441 de ses 446 communes. La plupart d'entre eux et d'entre elles ont été conçus, réalisés et inaugurés entre les années 1921 et 1923 pour rendre hommage à environ 10 400 jeunes hommes que notre département a perdus durant la guerre de 1914-1918. Parmi ceux-ci figurent 2 891 Troyens, selon : L'Express de l'Aube du 2 Novembre 1926.
Malgré toutes les recherches effectuées, il est bien entendu que l'inventaire des éléments ayant trait à tous les monuments aux morts visités ne peut prétendre à l'exhaustivité.
Tous ces renseignements, enfin réunis, ont permis la réalisation d'un ouvrage de près de 450 pages dans lequel on trouvera les photographies de tous ces monuments et plaques commémoratives, dédiés à la mémoire des soldats tués lors de la Grande Guerre.
Il y a quelques années, Dany Peuchot avait déjà entrepris une telle opération sur les lavoirs de l'Aube et l'édition d'un ouvrage les concernant.

vendredi 12 octobre 2018

St-Julien-les-Villas 2018 : Travaux terrassement, allée du Château des Cours, en vue de lotissement


TRAVAUX en COURS (sans jeu de mots...) St-Julien-les-Villas - Allée du Château des Cours qui fait l'objet d'une nouvelle modification de son urbanisme au niveau du passage sous la ligne de chemin de fer. Cartes postales avant 1914, le château a disparu après-guerre pour faire place à un lotissement, Son accès depuis Rosières présentait une allée fort longue, devenue plus tard la rue du même nom.


Le château se trouvait à cheval sur les rues de la Fable et rue Nicolas Rémond.










Travaux en cours allée du Château des Cours à St-Julien. Comparaison 2018-1977. Il faut s'imaginer qu'avant 1977, la rue passait au passage à niveau au-dessus du pont. Tout ce décaissement a été réalisé à l'époque. Aujourd'hui, la berge à droite est en cours d’arasement.



Bas du formulaire
L'HISTOIRE en DIRECT ! 

Article de Libération-Champagne de 1977 montrant le ripage sur coussin d'air des deux caissons glissés sous les voies de chemin de fer, en remplaçant du passage à niveau par un passage inférieur. 2018 : Travaux en cours d'évacuation des terres accumulées en berges arborées. A voir sur place !





INSTANTANÉ d'HISTOIRE - Travaux de déblaiement des terres accumulées en novembre 1977 de chaque côté de l'allée du Château des Cours et du passage inférieur sous la ligne de chemin de fer, constitué par deux caissons de béton ripés sous les voies. Modification réalisée en prévision de constructions programmées par la municipalité sur les terres du Canal sans Eaux !






La berge de droite est en cours d'arasement. Quel avenir pour la passerelle de liaison ?
Cette image satellite Google ne rend pas compte de la profondeur de la tranchée, sous la voie ferrée. > 2,70 m.



JRF
Ci-dessus, photos prises le 11 octobre 2018
Une époque chasse l'autre.... http://avecvousstjulien.canalblog.com/
Les travaux consistant à désengorger l'accès aux terrains viabilisés pour recevoir les lots à aménager et créer une voie de desserte sur l'allée du Château des Cours, ont commencé au droit de la passerelle piétonnière des anciens parkings de délestage de Marques Avenue.

Articles de presse conservés par Mme Denyse Levain-Chaput, secrétaire générale de l'ATEC

Académie troyenne d'études cartophiles, octobre 2018

jeudi 4 octobre 2018

Musée de la Carte Postale HISTOIRE DES CARTES POSTALES, MUSÉE D'ANTIBES


Polémique cartes postales grivoises jugées sexistes

Par Christian DEFLANDRE , jeudi 16 août 2018  

Chers Amis cartophiles, bonjour !
Je m’empresse de vous communiquer la reproduction de cette carte postale intitulée : « Saint Gérard le Puy – Les deux tétons  de Mme DOUZAN, près PONCENAT » dans l’Allier, qui a voyagée en septembre 1907.

Si on ne connait pas cet endroit, grâce à cette carte, on peut se faire une idée du site. Profitez-en, car il se pourrait, sous la pression des ligues et associations féministes, que ce genre de cliché soit bientôt interdit d’affichage !
Voir ci-dessous les explications dans l’article Nice Matin du 12/08/2018.
N’hésitez pas à cliquer sur l’article pour le lire en plus grand format.
 Vous retrouverez notre livre « La Belle Epoque des Cartes Coquines » des éditions Horay, en vente dans le musée, ou chez votre libraire, mais aussi à la Fnac ou encore sur Amazon.
 

Christian DEFLANDRE


Créateur - Animateur chez Musée de la Carte Postale

Au fil de mes recherches (historiques, géographiques, artistiques et dans bien d’autres domaines) j’ai découvert que chaque carte postale est une pièce d’un immense puzzle mettant en scène plus d’un siècle de l’histoire humaine ; l’ensemble constituant un véritable capital encyclopédique.

http://museedelacartepostale.fr/polemique-cartes-postales-grivoises-jugees-sexistes/?utm_source=La+Gazette+du+Mus%C3%A9e&utm_campaign=e58404fee0-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_325d1bfac3-e58404fee0-187523373



ATEC-TROYES, nos Monuments aux Morts de la Grande Guerre en conférence

Comment réunir en une seule CPA deux annonces de conférence : 
Monument aux Morts et Louis MOREL

20 Octobre : Gloire aux héros de l'Aube 1914-1918. Les monuments qui les honorent, par Dany PEUCHOT 

15 Décembre : Louis Fernand Morel 1887-1975, artiste plasticien, par Bernard PHARISIEN
----------------------------------

mercredi 3 octobre 2018

AUXON, commune de l'Aube en CPA





 AUXON : Erreur de légende
Ajouter une légende

Une commune auboise à l'Honneur : AUXON, Figures locales et cartes postales

MOCQUERY Alexandre : général de brigade, né a Eaux-Puiseaux, alors commune d’Auxon, le 24 
février 1789 ; mort à Ervy, le 5 janvier 1853. Il était frère puîné de Mocquery Georges-Alexis, né à 
Eaux-Puiseaux, le 26 décembre 1772; décédé à Saint-Avertin, près de Tours, le 19 mars 1847, et qui, parti comme volontaire en 1792, pris sa retraite en 1834, avec le grade de lieutenant-général.
  • La famille Mocquery a donné trois généraux du xixe siècle, Georges Alexis Mocquery, Alexandre et Antoine Joseph.
Éleve de l’école militaire de fontainebleau, Alexandre Mocquery, en sortit sous-lieutenant en 1807 ; capitaine en 1808 à la suite d’un brillant fait d’armes et décoré sur le champ de bataille de la main du duc de Raguse, général en chef. A vingt-six ans, il fut nommé chef de bataillon, mais la chute de l’empire arrêta sa marche.
Il reprit du service en 1826 et devint bientôt colonel du 58e de ligne. Il prit part, avec distinction, au siège d’Anvers, et plus tard, à toutes les batailles d’Afrique, où il conquit le grade de Maréchal de Camp. Il commanda à Toulon en 1848, il eut, dans ce poste important, à préparer et à effectuer I’embarquement de I’armée d’Italie pour la campagne de Rome, mais sa santé l’obligea bientôt à prendre sa retraite. Il était commandeur de la Légion d’honneur, chevalier de Saint-Louis et officier de I’ordre de Léopold de Belgique. 
Il s’était retiré à Ervy, où il avait épousé MIle Rabiat de Fontenay, dont le père fut maire, puis juge de paix d’Ervy. Sa biographie, par M. Amédée Gayot, a été publiée, sous ce litre, dans l’Annuaire de l’Aube de 1854 : Notice nécrologique sur le général Mocquery, avec portrait lithographié, gravé par Vaudé.


Jacques Nicolas MOYNAT d'Auxon, né le 22 juillet 1745 à Auxon (Aube), mort le 2 janvier 1815 à Dijon (Côte-d’Or), est un général de brigade de la Révolution française.
États de service : Il entre en service le 25 mars 1751, comme lieutenant au bataillon des milices de Semur. En 1761, il sert en Allemagne, il devient lieutenant en second au régiment de grenadiers royaux de l'Artois le 5 janvier 1761, puis il passe en la même qualité au régiment de grenadiers royaux de Bourgogne le 4 août 1771. Le 25 avril 1772, il est exempt dans la maréchaussée de l'Île-de-France, et le 4 septembre 1775, il commande plusieurs brigades à Paris pour le service des chasses du roi. Il est fait chevalier de Saint-Louis le 30 janvier 1785.
En jullet 1789, il est volontaire dans la garde nationale parisienne, bataillon des Filles-Saint-Thomas, et le 21 juillet 1791, il entre au 1er bataillon de volontaires de Paris. Il est nommé capitaine le 1er janvier 1792, au 36e régiment d’infanterie, et il sert de 1792 à 1794 à l’armée du Rhin.
Le 13 août 1793, il passe adjudant-général chef de bataillon, et il est promu général de brigade provisoire par le représentant en mission Lacoste le 17 avril 1794. Il est démis de ses fonctions par le représentant en mission Hentz le 8 juin 1794, mais le 9 septembre il est remis en activité et confirmé dans son grade de général par le Comité de salut public.
Le 13 juin 1795, il n’est pas inclus dans la réorganisation des états-majors. Le 29 août, il rejoint le commandement de la 5e division militaire à Rennes, puis le 12 décembre la 2e division de l’armée des côtes de Brest. Le 25 septembre 1796, il prend le commandement du département du Var, et il est réformé le 15 juillet 1797. Il est admis à la retraite le 11 février 1800.
Il meurt le 2 janvier 1815, à Dijon.
Baptiste-Pierre Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux français : depuis le onzième siècle jusqu'en 1822, Tome 8, l’Auteur, 1823, 459, p. 75.

Georges Six, Dictionnaire biographique des généraux & amiraux français de la Révolution et de l'Empire (1792-1814), Paris : Librairie G. Saffroy, 1934, 2 vol., p. 240


GEOFFROY Luc Jean Baptiste Antoine: né à Auxon, le 30 octobre 1808. Percepteur au même lieu, où il est décédé le 4 février 1864. En 1853, dans une lettre adressée à la Société académique de l’Aube et insérée dans l’Annuaire de 1854, sous le titre : Ruines romaines découvertes à Auxon, il fournit de curieux et importants renseignements au sujet des fouilles projetées au lieu-dit « Blanum », territoire d’Auxon, dans l’emplacement de  l’ancien établissement romain situé sur la voie allant de Troyes à Auxerre. (Blanum, aux sources de la Blaize (Auxon), ensemble considérable de débris de toute sorte de l’industrie gallo-romaine).
En même temps, il faisait don à la dite Société, pour être déposées au Musée de Troyes, de deux 
meules en granit, provenant d’un moulin romain, et découvertes dans les fouilles de « Blanum ».


GALLOT Emile Justin : né à Vosnon, le 13 février 1823, docteur en médecine à Auxon, ou il est 
décédé le 6 septembre  1885. Maire d’Auxon ; il fut élu pour représenter le canton d’Ervy au Conseil d’arrondissement, en 1868,  et au Conseil général, en 1874. A soutenu la thèse suivante devant la Faculté de Médecine de Paris en 1847 : De la Diathèse scorbutique et de la Suette
miliaire. M. Gallot était un homme bon et dévoué à son pays. Rappelons le courage dont il a fait preuve  en 1870, alors que, maire d’Auxon, il résistait aux exigences des Prussiens à la suite d’un combat sanglant livré par des francs-tireurs.
La commune d’Auxon occupée militairement par les troupes ennemies, fut livrée au pillage et à 
l’incendie, le maire, arrêté, amené sur la place publique, fut jeté à genoux devant les soldats en armes, qui menaçaient de le fusiller.


GEOFFROY Jean Henri Alfred : fils de Luc Jean Baptiste Antoine, né à Auxon, le 12 juillet 1836 ; décédé au même lieu, le 14 février 1871. Après avoir été percepteur à Saint-Martin-de-Bossenay, il vint se retirer dans la maison de son père, à Auxon, où il s’occupa activement, avec ce dernier, à pratiquer des fouilles dans l’emplacement de la villa romaine de « Blanum », fouilles dont il adressait le compte rendu à la Société académique de l’Aube. Il recueillit ainsi une quantité de bronzes et de poteries antiques qui formèrent une collection intéressante. Après le décès de M. Henri Geoffroy, ses collections, qui vinrent à M. Huot, son beau-père, furent vendues aux enchères en 1878; la ville de Troyes acheta, pour son Musée vingt-sept objets de bronze et de  céramique, la plupart trouvés a « Blanum ». Une statuette de Télesphore, dieu enfant, fils d’Esculape, bronze de la même provenance, fut acquise pour le Musée de Saint-Germain.


CHAUVET Paul-Jean-Batiste-Henri : né à Gye sur Seine, le 19 octobre 1844. – Curé d’Eaux-Puiseaux de 1880 à 1884, puis Curé d’Unienville, membre associé de la Société Académique de l’Aube. A publié entre autres notices :
- La famille Largentier (anciens seigneurs de Chamoy). Mémoires de la Société Académique de l’Aube 1885, page 243.
- Précis historique de la Seigneurie de Gye depuis le XIIIe siècle jusqu’à la révolution de 1789. 
Mémoires de la Société Académique de l’Aube 1878, page 363.
- Essai historique sur la paroisse de Gye sur Seine. Mémoires de la Société Académique de l’Aube 1879, 
 page 335.




Souvenirs de Gabriel GROLEY, premier membre d'Honneur de l'ATEC-TROYES

Gabriel Groley (1889 – 1991)

Gabriel fut le 1er président d'Honneur de l'ATEC peu de temps avant sa disparition.

Il encouragea les fondateurs, Bérisé, Fournier, Peuchot, à lancer l'Académie cartophile. L'Idée lui paraissait séduisante, lui qui avait bien connu les cartes postales à leur début. Son fils Guy, également membre de l'ATEC, conservait de lui ses collections de CPA et tous les documents et articles de presse. Collection importante surtout sur les villages pour les CPA. Certaines étaient signées de sa main, envoyées de son service national et de ses voyages à sa famille.

Né à Auxon, journaliste, écrivain et historien, il est auteur de nombreux ouvrages à caractère local, parmi lesquels on peut citer : « Ces fameux champs catalauniques » (1964) ; « Ma route et ses 4000 ans » (1971) ; « Mystérieuse Forêt d’Othe » (1976) ; « L’héritage troyen du XIXe siècle. Tome 1 et 2 » (1986 – 1987) ; « L’homme de la vieille forêt d’Othe » (1987). Gabriel Groley a rédigé également nombre de brochures dont les sujets se rapportent à l’histoire et au passé de notre région, telles les biographies d’Alfred Boucher, de Mignard, de Girardon, le déroulement de la campagne de France dans l’Aube (1815) ; la présentation des trois dolmens de Marcilly-le-Hayer et bien d’autres…
Cet auteur prolifique, attaché profondément à son terroir natal, a fait aussi d’intéressantes communications à la société académique de l’Aube dont il a été un temps le président. Il appartient à l’association des écrivains et artistes de Champagne. Il s’est éteint à l’âge de 103 ans.

Docteur Huchard, personnalité né à AUXON (Aube)


Portrait Docteur Huchard

Illustration tirée en sépia de Desmoulins vers 1890
Dimensions 15 x 24 cm,
Docteur Huchard Henri, né à Auxon (Aube) en 1844, mort à Clamart en 1910.
 1878, médecin des hôpitaux, il publie avec Axenfeld en 1833 un traité sur les névroses, mais il se spécialisa dans les maladies du cœur.
 Il fonda et dirigea le Journal des Praticiens.
 Parmi ces ouvrages :
 - Traité des Névroses par Axenfeld et Huchard
- Consultations médicales


Henri Huchard, né le 4 avril 1844 à Auxon (Aube) et mort le 11 décembre 1910 à Clamart (Hauts-de-Seine), est un neurologiste et cardiologue français.
Biographie
Henri Huchard a étudié la médecine à l'Université de Paris. Il fut ensuite nommé médecin des Hôpitaux de Paris.
Au cours de sa carrière, il a été travaillé à l'hôpital Bichat et à l'hôpital Necker à Paris. Henri Huchard a été membre de l'Académie de Médecine.
Henri Huchard fut un spécialiste dans l'étude des maladies cardio-vasculaires, notamment dans sa recherche de l'artériosclérose. Son nom est donné à la "maladie de Huchard" dite "précordialgie de Huchard", appelé également "signe de Huchard" ou "symptôme de Huchard", qui est la manifestation de l'hypertension artérielle (pulsation du pouls) que le patient soit debout ou allongé. Elle est désignée ainsi en raison de sa découverte par le cardiologue français Henri Huchard.
Le service de cardiologie de l'hôpital Bichat est situé rue Henri-Huchard en son honneur. Un square (Square Henri-Huchard) porte également son nom à Paris.
Il fut ordonné chevalier de la Légion d'honneur en 1872 après les états de services suivants1 :
État des services de M. Frédéric, Eugène, Virgile (dit Henri) Huchard, docteur en médecine, nommé Chevalier de la légion d'honneur le 3 octobre 1872, ancien interne des hôpitaux de Paris, lauréat de la faculté de médecine, membre et lauréat de la société médicale d'observations, membre correspondant de la société anatomique, membre et secrétaire de la société médicale du Louvre.
Huit années de services dans les hôpitaux de Paris (1864-1872) dont cinq années comme Interne des hôpitaux et trois années comme Externe.
Deux années de services pendant toute l'épidémie variolique (1870 et 1871) tant à l'hôpital Lariboisière qu'au Poste-Caserne de Saint-Ouen où M. Huchard fut chargé d'un service spécial de varioleux.
Pendant les deux sièges de Paris, tout en soignant les varioleux dont le nombre doit être évalué à plus de 2900, M. Huchard a donné des soins aux blessés tant à l'ambulance des Magasins réunis établie pendant le second siège qu'à l'hôpital Lariboisière où il a couru de grands dangers de mort au milieu de ses malades (union médicale, mai 1871).
En l'année 1869, alors qu'il régnait un grand nombre d'ophtalmies purulentes des nouveau-nés à l'Hospice des Enfants-Assistés, M. Huchard fut atteint, en donnant cours sur les soins aux petits malades, de cette affection éminemment contagieuse qui pendant huit mois mit sa vue en danger et qui compromit par les suites gravement son avenir. (...)
Travaux
1871 : La myocardite varioleuse ;
1883 : Traité clinique des névroses ;
1889 : Traité des maladies du cœur et des vaisseaux ;
1901 : Consultations médicales ;
1908 : Les maladies du cœur et Leur Traitement.
De l'emploi de l'éponge préparée dans les maladies utérines (mémoire qui a obtenu le prix Louis à la société médicale d'observation)
Des complications cardiaques dans la variole et notamment la myocardite varioleuse par M.M. Desnos et Huchard. (Mémoire couronné par la faculté de médecine de Paris; prix Chateauvillard de 2000 francs)
Étude sur les causes de la mort dans la variole
Contributions à l'étude de la dysménorrhée membraneuse par M.M. Huchard et Labadie-Lagrarie
Références : Base de données LEONORE, Archives Nationales, Dossier LH/1317/25.


jeudi 20 septembre 2018

Marie José GRISELLE : Son premier ouvrage important vient de sortir.

Marie José GRISELLE a rejoint l'ATEC en mars 2017
Passionnée d'histoire locale, Marie José a pris la responsabilité de  Correctrice-Réviseure - Rédactrice Lettre Mensuelle et montage des tapuscrits des futures brochures de l'Académie Troyenne d'Etudes Cartophiles.


Marie José GRISELLE a pris en charge la rédaction et la mise en page de la Lettre Mensuelle, ainsi que l'élaboration finale des brochures. 

Une fonction importante quand on sait ce que représente 50 pages de texte et d’illustrations à monter
 et corriger. Nos supports écrits sont entre de bonnes mains ! 

Au Pays de la Nacre 1914-1918, par Marie José GRISELLE de l'ATEC

Marie José GRISELLE est l'auteur de ce magnifique livre sur sa région, sa commune dans la Grande-Guerre

L’association des Amis du château d’Hénonville célèbre le Centenaire de la Grande Guerre durant quatre années. En 2014, j’ai reconstitué le parcours des 32 morts pour la France inscrits sur le monument aux morts. En 2015, l’association s’est penchée sur le destin du célèbre radiologue Iser SOLOMON, une partie évoquait son implication dans une Ambulance des Vosges et l’invention de son ionomètre. D’autres supports relataient les Britanniques ou les animaux de guerre. En 2018, j’ai renouvelé ma participation à  cette manifestation annuelle qui se déroule dans le château d’Hénonville, haut lieu de chasses prestigieuses données par les familles Roslin d’Ivry et ensuite par celle des Bamberger, l’un des fondateurs de la Banque BNP-PARIBAS.
Au parcours des 32 poilus, j’ai réinventé le parcours jeunesse pour l’adapter au thème des JEP 2018 : l’Art en partage. Mais c’est surtout la vie quotidienne durant la Grande Guerre qui sera abordée pour cette exposition au second étage du château. L’association a également invité le Musée du Champ de Bataille d’Auneuil et un spectacle chanté en début de soirée ….
Pour conclure ce Centenaire 14 – 18 et laisser une trace des manifestations organisées, j’ai publié une brochure de 106 pages, en vente exclusivement durant les JEP 2018 au prix de 20 euros. Les sources sont toutes issues des Archives des départements concernés et de celles de l’Armée. Quelques brefs témoignages et crédits photos familiaux viennent compléter cette monographie. Je remercie l’Association des Amis du Château m’ayant accueillie ces deux années là, me replongeant dans la vie de mon pays natal

Conférence 2019 LA MICHELINE et le pneurail


Autorails

 LES MICHELINES Alan Sutton

mercredi 12 septembre 2018

VACHETTE, un serrurier à Troyes - Histoire d'un leader

Un serrurier à Troyes

Jules Petit fait construire une usine de petite métallurgie sous le Second Empire, qui est rachetée par la société Vachette frères vers 1875. Quelques agrandissements ont lieu à cette époque, puis l'activité se spécialise dans la serrurerie, avec environ 800 000 serrures produites annuellement vers 1880. En 1912, la société Vachette frères acquiert une ancienne usine de bonneterie située rue de la paix à Troyes, et semble abandonner le site de la rue Pédron au moment de la première guerre mondiale. Actuellement, les bâtiments sont occupés par le lycée privé François de Salles.

Adresse : 3 rue Etienne Pédron -anciennement Des Tauxelles, Troyes

En 1864 à Troyes, berceau de la serrurerie, est créée la société Bresson-Vachette du nom de ses fondateurs, avant de devenir un an plus tard, la maison Vachette Frères "Serrurerie pour Meubles". À la fin des années 30, Vachette se réorganise, améliore ses méthodes de production, dépose de nombreux brevets pour quitter le stade artisanal et se tourner vers le "modernisme".


dimanche 2 septembre 2018

vendredi 31 août 2018

HISTOIRE de VACHETTE conférence du 22 septembre 2018 à TROYES

Présentation, aller à la page : 

Annonces Conférences second semestre 2018


Histoire d'un leader

Jules Petit fait construire une usine de petite métallurgie sous le Second Empire, qui est rachetée par la société Vachette frères vers 1875. Quelques agrandissements ont lieu à cette époque, puis l'activité se spécialise dans la serrurerie, avec environ 800 000 serrures produites annuellement vers 1880. En 1912, la société Vachette frères acquiert une ancienne usine de bonneterie située rue de la paix à Troyes, et semble abandonner le site de la rue Pédron au moment de la première guerre mondiale. Actuellement, les bâtiments sont occupés par le lycée privé François de Salles.

Adresse : 3 rue Etienne Pédron -anciennement Des Tauxelles, Troyes



En 1864 à Troyes, berceau de la serrurerie, est créée la société Bresson-Vachette du nom de ses fondateurs, avant de devenir un an plus tard, la maison Vachette Frères "Serrurerie pour Meubles". À la fin des années 30, Vachette se réorganise, améliore ses méthodes de production, dépose de nombreux brevets pour quitter le stade artisanal et se tourner vers le "modernisme".
Depuis sa création, Vachette n’a eu de cesse d’innover, pour offrir au monde de la sécurité, des produits à forte valeur ajoutée alliant confort d’utilisation, design et sécurité. Au cours de ses 150 ans d'existence, sa double vocation de concepteur et de fabricant s'est nourrie de l'écoute attentive de ses clients, afin d'orienter sa recherche vers toujours plus d'avancées technologiques.
Début des travaux de déconstruction

mercredi 29 août 2018

ATEC_TROYES : Que sont mes amis cartophiles devenus ?

Sur ce blog : 
pas une remarque, pas un encouragement.
A croire que ça laisse indifférents toutes celles et tous ceux qui sont membres de l'ATEC.
Avouez qu'il y a de quoi s'interroger... voire se remettre en cause.

Que sont mes amis cartophiles devenus ?
Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent me porte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta
Avec le temps qu'arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n'aille à terre
Avec pauvreté qui m'atterre
Qui de partout me fait la guerre
Au temps d'hiver
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière
Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Le mal ne sait pas seul venir
Tout ce qui m'était à venir
M'est advenu
Pauvre sens et pauvre mémoire
M'a Dieu donné, le roi de gloire
Et pauvre rente
Et droit au cul quand bise vente
Le vent me vient, le vent m'évente
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta
Rutebeuf (1230-1285)
Adaptation en Français moderne