mercredi 6 juin 2018

VACHETTE : Démonstrateur de charnière à ressort pour porte battante

Démonstrateur de charnière à ressort pour porte battante
Une pièce rare ! Bois et métal.
Perdue de vue chez Vachette. Années d'avant-guerre à mon avis.
Il s'agit d'un démonstrateur de porte battante, genre saloon...
Avec un très fort ressort, visible sous le plexiglas.
Très dure à manœuvre, on peut le manier dans les deux sens.
(attention aux doigts)...
VACHETTE est inscrit sur l'étiquette blanche et sur la platine de la charnière à l'arrière.
Toute info serait bienvenue !
A voir à notre prochaine conférence le 22 septembre à l'Auditorium

vendredi 1 juin 2018

ATEC-TROYES : UNE ACADÉMIE CARTOPHILE fondée en 1990


UNE ACADÉMIE CARTOPHILE

Au cours des années 1900-1920, en France, la pratique de la collection des cartes postales prend un grand essor, et de très nombreux albums familiaux sont remplis. Retrouvés après la mort de leurs propriétaires, ils fournissent aux collectionneurs cartophiles, un champ de recherche important de cartes postales.

Dans l’Aube, au début des années 1980, des collectionneurs comprennent vite l’intérêt de la carte postale : André DERNUET, Dany PEUCHOT, Claude BERISE, Robert PIAT, Jean-Marie TASSIN, Michel TOUSSAINT et Jacques Roland FOURNIER, webmaster de ce blog, se passionnent alors pour l'histoire de leur ville de leur village natal ou d'adoption. Les cartes postales du début du XXe siècle les aident à retrouver ce passé.

En 1990, leurs collections en partie abouties, ces amis cartophiles se regroupent pour fonder l’Académie troyenne d’études cartophiles, dite ATEC sur la base de l’étude de l’histoire locale. 

Un organe mensuel de liaison : la Lettre Mensuelle, est éditée chaque mois, des ouvrages cartophiles sont publiés, des brochures issues des conférences racontent l’Histoire locale. 

2018, l'aventure continue...



dimanche 20 mai 2018

ATEC-TROYES Programmation conférences 2019

Monsieur Thierry LEROY, viens de me donner son accord pour une conférence en mars 2019.
Le sujet en sera :
Hugues de Payns, la naissance des Templiers
On sait tous que Thierry LEROY est le découvreur du site Templier de Payns.  
Voyez le sire : http://www.huguesdepayns.fr/

Thierry P. F. Leroy est un historien médiéviste et écrivain français. Il écrit également sous le pseudonyme de Paul-François Lorey. Il est agrégé de musique à l'Université Paris-Sorbonne et titulaire d'un Master 2, Histoire médiévale à l'Université de Reims Champagne-Ardenne (2014).
Il est spécialiste de l'ordre du Temple et du premier maître des Templiers, Hugues de Payns. 
Thierry est membre résident de la Société académique de l'Aube.
Entre autres initiatives évoquées par J-M VAN HOUTTE signataire de l'article de presse.


Thierry LEROY développe le projet de 
Nous ne pouvons que l'encourager.
Il nous fera partager ses connaissances et sa passion pour le site TEMPLIER de PAYNS. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Payns)
Le projet "Reconstruire la première commanderie" est en gestation depuis une trentaine d'année. Après des recherches documentaires, il a fallu localiser le site grâce à la toponymie (les grands hôpitaux et le chemin de la commanderie) et des photos aériennes prises en 1990.
Voyez la page FB : https://www.facebook.com/Templiers.Templars/?notif_id=1523689609868599&notif_t=page_invite&ref=notif

mercredi 16 mai 2018

AMOUR DELICE ET ACCORDEON par Jean LEFEVRE, 24 mai 2018


AMOUR DELICE ET ACCORDEON par Jean LEFEVRE 

Ce 24 mai 2018, à 18 h 30, Maison du Patrimoine à St-Julien-les-Villas(Aube) - Entrée Gratuite !

Une aventure extraordinaire, celle de l’accordéon, sera racontée ce 24 mai par Jean Lefèvre,  qu’accompagnera  Fabien Packo, virtuose accompli.  
"Le musette" est un emprunt à "la musette »des Auvergnats, une métonymie, et peut-être aussi au poète champenois Colin Muset.  Les mots s’amusent ! 
Mais ce que veut vous raconter le conférencier qui fut longtemps pratiquant accordéoniste, c’est la transformation profonde de cet instrument en 190 ans d’existence, sa transformation et son épopée. L’accordéon est passé du bouge au conservatoire, de la chanson des rues aux cantates de Zolotarev, du musette le plus grossier au jazz le plus inventif.  
L’accordéon  pratique aussi le folklore, le jazz, le classique, l’accompagnement. Il parle tous les langages, ceux des pays qu’il traverse. L’accordéon, c’est un vrai caméléon.
Son ancrage est populaire, il a parlé longtemps l’argot, celui d’une classe sociale qui n’a pas eu accès à la culture musicale. L’accordéon a permis cet accès culturel et cette intégration. 

Fabien PACKO professeur de musique, compositeur, interprète dans de nombreux styles, illustrera la conférence par des citations sonores, des manipulations diverses.

Note: différente en partie de la conférence donnée en 2012 à l’ATEC, elle apportera des précisions techniques. Alors hésitez pas !

ATEC-TROYES recherches autour de Plaines-St-Lange

La gare en 1915


La gare en 2018
La gare en 2006 : source http://mr.acta.pagesperso-orange.fr/ACTA%20Bar%201.htm


jeudi 10 mai 2018

ATEC-TROYES, la tombe de Paul Charles Félix Meunier dit Paul-Meunier

La tombe de PAUL-MEUNIER qui doit être restaurée prochainement par la Municipalité.
PAUL-MEUNIER : thème de la conférence donnée par Jacky DEPOIX, le samedi 26 Mai. Paul Charles Félix Meunier dit Paul-Meunier, 
- Naissance : Saint-Parres-lès-Vaudes (Aube), 08-02-1871.
- Mort : Paris, 8e arrondissement (France), 17-05-1922. 
Docteur en droit (Paris, 1894). - Avocat, publiciste. - Député de l'Aube (1902-1919).

lundi 23 avril 2018

ATEC-TROYES Paul Meunier en conférence, par Jacky DEPOIX

Paul Meunier Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (J. Joly)
faisant l'impasse sur les violentes attaques de l' extrême droite contre ce parlementaire exemplaire et oublié.

Né le 18 février 1871 à Saint-Parres-les-Vaudes (Aube), mort le 17 mai 1922 à Paris. Député de l'Aube de 1902 à 1919.Avocat et publiciste, maire de son village natal, conseiller général et président de la commission des finances du Conseil général de l'Aube, il se fit remarquer dès 1894 en publiant un ouvrage intitulé Du pilotage. Inscrit au barreau, il se lança dans la politique en se présentant aux élections législatives de 1902. Elu au second tour par 6.706 voix sur 11.537 votants, il siégea parmi les élus inscrits au groupe radical-socialiste. La 8e législature le vit appartenir aux commissions du règlement, des P.T.T., de l'affaire Humbert. Elu secrétaire de la Chambre le 12 janvier 1905, il conserve ce poste le 9 janvier 1906. Il s'intéressa particulièrement aux problèmes concernant les bouilleurs de cru et les rapports entre l'Eglise et l'Etat.

Le scrutin du 6 mai 1906 où il obtient 6.049 voix sur 11.290 votants lui redonne son siège. Membre de la commission de l'administration générale, du règlement et de la liberté de réunion, il s'intéresse toujours aux problèmes de la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Réélu le 24 avril 1910 par 6.008 voix sur 10.641 votants, la 10e législature le voit siéger à la commission de l'administration générale et à la commission d'enquête sur l'affaire Rochette. Son activité ne se ralentit pas et on peut le voir déposer successivement 25 propositions tendant à modifier la loi municipale de 1884 et faire le rapport sur plusieurs d'entre elles. Les élections du 26 avril 1914 le ramènent une dernière fois à son siège par 5.221 voix sur 9.681 votants. 

Membre de la commission de la réforme judiciaire et de législation civile et criminelle, ainsi que de la commission chargée d'examiner s'il y a lieu de mettre en accusation un ancien ministre de l'Intérieur, son activité se déplace et s'oriente, en ce temps de guerre, vers des problèmes d'actualité : réforme du code d'instruction criminelle et de justice militaire ; il interpelle le gouvernement sur le fonctionnement de la justice militaire. La vie parlementaire de Paul Meunier est caractérisée par la fidélité du corps électoral, le nombre de voix qu'il obtient à chaque élection reste presque constant et son activité intense qui, à chaque législature, semble axée sur un objectif qui change à chaque réélection. Paul Meunier est mort à Paris le 17 mai 1922, à l'âge de 51 ans. Source Daniel Chérouvier : http://troyes-en-champagne.blogspot.fr/2011/06/

samedi 21 avril 2018

ATEC-TROYES PAUL-MEUNIER le « BON DIEU » de Saint-Parres-lès-Vaudes


PROCHAINEMENT, le 26 Mai : Paul MEUNIER, député de l'Aube, 
par Jacky DEPOIX

PAUL-MEUNIER le « BON DIEU » de Saint-Parres-lès-Vaudes
  Maire, Conseiller Général, Parlementaire mais aussi brillant avocat, fondateur du journal « La vérité »… une figure brillante, complexe mais aussi de plus controversée de l’histoire politique du département. Contesté lors de la Révolte des Vignerons mais très actif dans la réhabilitation de Jules Durand, le « Dreyfus ouvrier » syndicaliste injustement condamné à mort, ses nombreuses interventions à la Chambre des Députés pendant la Grande guerre, pour le Droit des blessés, des veuves, contre la justice militaire, les tribunaux d’exceptions (affaire du zouave Deschamps), la censure… lui vaudront de solides inimitiés relayées par les dénonciations calomnieuses de « L’Action Française » de Ch. Maurras et L. Daudet . Républicain, Radical, Radical Socialiste.

  Il sera de tous les combats politiques, il épousera les idées pacifistes de Jaurès, Caillaux…ce qui l’opposera à  Clémenceau et son sous ministre Ignace qui  lors d’un procès litigieux réussiront à le faire arrêter pour « intelligence avec l’ennemi », jugé, condamné, emprisonné plus de deux ans avec sa compagne.
  Libéré, réhabilité, il décède en 1922 ?  Il ne reste de cette personnalité atypique, de son souvenir, qu’un monument imposant qui se dégrade. Une restauration à l’initiative de la municipalité de Saint-Parres-les-Vaudes est engagée en 2018.

vendredi 20 avril 2018

mardi 17 avril 2018

ATEC-TROYES Coop Succursale de VILLENAUXE Aube

J-M CHEVRIER donnera une conférence sur les Coopérateurs de Champagne dans l'Aube.
La Laborieuse ; Les Coopérateurs de Champagne ; Le Club ; Arc en Ciel ; Mutant, etc...

La famille Chevrier gérants du magasin de Villenauxe.

Les entrepôts de Chateau-Thierry

jeudi 12 avril 2018

ATEC à la commémoration du Bicentenaire de la CHAMBRE de COMMERCE et d'INDUSTRIE

A l'invitation de Frédéric MARAIS, journaliste, l'ATEC était représentée, par Alain HUBINOIS, Denyse LEVAIN CHAPUT & Jacques Roland FOURNIER, à la commémoration du Bicentenaire de la CHAMBRE de COMMERCE et d'INDUSTRIE.
La première ligne téléphonique à Troyes, c'est elle. La création de la zone industrielle de La Chapelle-Saint-Luc pour accueillir Michelin(1959) et KLEBER-COLOMBES (1962), premier pneu en décembre. Plus le château d'eau pour alimenter ces deux usines, c'est elle. L’appellation champagne dans l’Aube (1927), la naissance de la chambre des métiers (1935), le développement de l’aérodrome de Barberey et l’installation de Marques Avenue, c'est toujours elle ou avec elle ! 
Un bicentenaire fêté dignement !

mercredi 11 avril 2018

Bernard DIMEY, conférence Jean LEFEVRE, à AIX-en-OTHE dimanche 22 avril 2018

Bernard DIMEY, un Champenois universel
Dimanche 22 avril à 15 h 00 à la MJC-MPT
d'AIX-EN-OTHE entrée libre

Né à Nogent en Haute-Marne, Bernard Dimey est reconnu par le monde artistique comme « un génie à la manière de Rutebeuf et Villon, descendus de ce Moyen-Âge que Verlaine désignait énorme et délicat. »
Il a fait ses études littéraires à Joinville, Nancy, Troyes où il a connu Jean-Jacques Kihm, deux personnalités totalement différentes, mais rongés par le désir d’être reconnus dans le monde des lettres. Dans la ville des comtes de Champagne, Dimey fera de nombreuses rencontres formatrices.
C’est à Montmartre qu’il trouvera la gloire, là où le  romancier se reconvertira  en parolier et  poète. Avec ses textes truculents et qui font mouche, il démolira « à gueule que veux-tu » les imbéciles, les militaires et les bourgeois dans la bonne tradition indocile montmartroise. Il se range en même temps du côté des petites gens, réprouvés, clochards pour qui il éprouve une grande tendresse.
Jean Lefèvre qui l’a connu à L’école Normale du 1er Mai, fera revivre surtout un Dimey troyen avant de le projeter  à l’Olympia et de lui faire fréquenter le gratin du music-hall. 

Demandez la brochure à l'auteur Jean LEFEVRE !

lundi 9 avril 2018

ATEC-TROYES :CONFÉRENCE, notre programme du 21 Avril 2018

Je vous invite à venir à la séance de l'ATEC du 21 avril : je vous parlerai des origines du mouvement, des pionniers, des entrepôts de Troyes, de Sens et de Château-Thierry, des magasins des campagnes, des camions tournées, des libre-service, des hommes et des femmes qui ont œuvré ensemble pour que vive cette forme de commerce sous la devise «Tous pour un et un pour tous» en gardant à l'esprit la valeur humaniste «Si tous les gars du monde se donnaient la main». Je vous donnerai aussi les raisons qui ont conduit ce grand mouvement à s'effondrer. Jean-Michel CHEVRIER

vendredi 6 avril 2018

ATEC-TROYES :CONFÉRENCE, LES COOP absorbe LA LABORIEUSE, 21 Avril 2018

“Troyes : "La Laborieuse" quai Dampierre
A Troyes est fondée le 26 mai 1886, une « Société coopérative civile et anonyme de consommation à personnel et apport social variables » qui prend le nom de “ La Laborieuse ” quai Dampierre. Cette maison sera reprise par les Coopérateurs de Champagne.
  Pour connaître la suite venez suivre et voir notre conférence du 21 avril 2018.

dimanche 25 mars 2018

ATEC-TROYES Les taudis ne justifiaient pas la démolition du Gros Raisin

Les taudis ne justifiaient pas la démolition du Gros Raisin
« Aujourd'hui, on ne détruirait plus une telle concentration de maisons à pans de bois. Cela a été une erreur monumentale. Ce quartier n'était pas en plus mauvais état que le reste du Bouchon de Champagne », témoigne Michel Vuillemin.

La publication des souvenirs personnels d'Élisabeth Voix (Libé du 22 août) ont vivement intéressé les Troyens. Ce n'est pas une surprise. Ils constituent un témoignage précieux de l'état du cœur historique avant sa restauration. « Troyes était alors une ville de taudis », écrit l'ancienne vice-présidente du PACT.

Seulement, à cause de ces taudis, plusieurs rues du Vieux Troyes ont été démolies. Y compris, à la fin des années 60, un quartier complet : le Gros Raisin.
« Aujourd'hui, on ne détruirait plus une telle concentration de maisons à pans de bois. Cela a été une erreur monumentale. Ce quartier n'était pas en plus mauvais état que le reste du Bouchon de Champagne », témoigne Michel Vuillemin.
Ce Troyen, âgé de 80 ans, parle en connaissance de cause. Pour le compte de la SEDA (société d'équipement du département de l'Aube), il a photographié la totalité des rues du Gros Raisin, avant leur disparition.
Il prend pour exemple celle du général Saussier. « Tout le côté donnant sur le Gros Raisin devait être démoli. J'en sais quelque chose. Mon atelier de photo se dressait là, au numéro 39. J'ai été expulsé comme les autres propriétaires ou locataires. Finalement la rue du général Saussier n'a pas été détruite. Et, on s'aperçoit aujourd'hui, qu'une fois restaurées, ses maisons sont aussi belles que les autres ».
L'épouse de Michel Vuillemin, Élisabeth, abonde dans son sens.
« Aujourd'hui, le Gros raisin serait un quartier magnifique avec sa multitude de rus », dit-elle.
Mais les bulldozers sont entrés en action sans grande opposition. « Il aurait fallu se battre. Ce quartier le méritait. Mais on n'était ni assez nombreux, ni assez forts », déplore Michel Vuillemin.
Des gens ont refusé de partir. « Je me souviens d'un monsieur et d'une dame qui s'étaient barricadés dans leur maison. Leurs portes ont été fracturées et j'ai vu leurs meubles êtres sortis par le ville. Plus tard, lui est mort de chagrin », raconte-t-il.
Ce photographe professionnel a quand même réussi à sauver un témoignage du Gros Raisin, le seul d'importance qui subsiste aujourd'hui. Il a empêché que la tourelle, aux cinq côtés, de la maison du comte Henri ne disparaisse. « Un particulier l'avait achetée au démolisseur pour l'emmener hors de Troyes », se souvient-il.
Grâce à son action, elle a été conservée. Elle a été démontée et déménagée dans le quartier Saint-Jean. Elle est devenue l'un des éléments de l'office de tourisme.
« Cette tourelle possédait cinq côtés car un ruisseau coulait à ses pieds. Cet ancien hôtel particulier avait été construit en fonction de ce ru », explique-t-il.
La maison du comte Henri existait déjà en 1 612 selon un document qu'il a retrouvé.
Tout un patrimoine inestimable a été sacrifié au nom des taudis et des îlots insalubres.


Jorge D'HULST L’EST-ECLAIR Publié le samedi 05 septembre 2009



mercredi 14 mars 2018

ATEC-TROYES : MUSSY, le retour...

Photo Delphine CORA
Médiathèque de Mussy sur Seine
Réunion de travail s'est tenue à la médiathèque où fut examinée la possibilité d'une révision de la brochure ATEC, MUSSY-SUR-SEINE Histoire & Industrie de Mars 2012. M. Le Maire Petit de Bantel, souhaite que la brochure soit réactualisée à la lumière des derniers événements vécus dans la communauté de communes. Plaine Saint-Lange serait associée au projet. Objectif printemps 2019. Nous en reparlerons.

dimanche 11 mars 2018

ATEC-TROYES : HÔPITAL GÉNÉRAL CANADIEN LAVAL N°6 - 1917-1918 PAR JACQUES ROLAND FOURNIER

Hôpital Général Canadien Laval N°6 - 1917-1918 
par Jacques Roland FOURNIER 

« Les Bluebirds étaient les visages humains de la guerre 1914-1918. Elles ont fait preuve de sang-froid et leur présence a fait une grande différence pour garder les soldats en vie. » 

Mélanie Morin Pelletier Historienne, Musée canadien de la guerre


samedi 3 mars 2018

ATEC-TROYES Conférence l'Hôpital des Canadiens Français sauve les blessés en 1917-1918


Le contexte : TROYES VILLE HÔPITAL
Les premières offensives françaises de septembre 1914 brisées par les Allemands, Paris est menacée, la ville de Troyes aussi. Troyes devient la première ville de front pour arrêter l’avance allemande dans la Marne puis la première grande ville de l’arrière pour les batailles de l’Aisne, de la Somme, de l’Artois, des Flandres, de Verdun. La compagnie des chemins de fer de l’est est réquisitionnée par les armées françaises pour acheminer, via ce grand carrefour ferroviaire, hommes, matériels et munitions. 
La Ville de Troyes devient pendant toute la durée de la guerre un centre de transit stratégique et une ville hôpital.
Troyes accueillera jusqu’à vingt hôpitaux. Au gré des offensives et des combats, le nœud ferroviaire de Troyes va accueillir plus de cent trains par jour qui acheminent les blessés évacués du front.
Les plus gravement atteints sont hospitalisés sur place, les autres transportés vers le centre de la France. Les hôpitaux seront installés le plus souvent dans des écoles. 

Le lycée de jeunes filles (futur Marie de Champagne) devient en 1917 l’hôpital complémentaire n° 34 de Troyes, hôpital militaire canadien laval n°6, d’une capacité de 1400 lits.

vendredi 2 mars 2018

ATEC-TROYES : Présence à la Bourse de BARBEREY SAINT SULPICE (Aube)

L'ATEC tiendra un stand le dimanche 18 mars.
La veille samedi 17 mars, nous serons à l'Auditorium pour notre conférence mensuelle, avec au programme : 
Hôpital Général Canadien Laval N°6 - 1917-1918, 
par Jacques R. FOURNIER 

jeudi 15 février 2018

ATEC-TROYES en Mars : "Hôpital Canadien Français vient calmer les souffrances"

ANNONCE CONFERENCE ATEC
17 Mars 2018 : Hôpital Général Canadien Laval N°6 - 1917-1918, par Jacques R. FOURNIER 

Il y a 100 ans, de janvier 1917 à juin 1918, le Lycée Marie de Champagne accueillait l’Hôpital Général Canadien Laval n°6  

La présence d’un hôpital canadien-français sur le sol troyen, et plus précisément dans son futur lycée de jeunes filles en construction, est un événement peu connu de l’histoire de la ville. Il témoigne d’un élan de solidarité remarquable des Canadiens francophones alors que leur pays est engagé dans ce conflit mondial en tant que dominion autonome britannique.

Les immenses besoins de secours aux très nombreux blessés des combats féroces qui décimaient notre belle jeunesse, nécessitaient une organisation et des moyens importants. Cette brochure cherche à apporter témoignage au dévouement de nos alliés Canadiens-français. L’ATEC rend hommage à ces hommes et à ces femmes infirmières, venus du Canada, pour leur implication auprès des soldats français et alliés et de la population troyenne.

mercredi 14 février 2018

ATEC-TROYES : l’Hôpital Général Canadien n° 6, un hôpital formé de Canadiens-Français


Des universitaires au secours des blessés des combats meurtriers sur le front champenois :
 Comment TROYES reçu l’Hôpital Général Canadien n°. 6, un hôpital formé de Canadiens-Français et représentant l’Université Laval de Montréal. 

mardi 13 février 2018

ATEC-TROYES : Bernard DIMEY un Champenois Universel



Bernard DIMEY ! par Jean LEFEVRE
Qui ne connaît pas le célèbre  Syracuse  que chantait Henri Salvador ? L’auteur s’appelle Bernard DIMEY.
Et  Mémère qu’a chantée Michel Simon, et Mon truc en plumes par Zizi Jeanmaire,? C’est encore notre DIMEY.

Mais DIMEY, c’est bien davantage, des textes, nouvelles  romans, poèmes et chansons, "au verbe mordant aux répliques acides. » Tous les chanteurs de l’époque l’ont chanté, vanté, admiré d’Aznavour, à Mouloudji en passant par Ferrat et Brassens. Il a fait du théâtre et du cinéma. Il a bourlingué. Il a souffert. Reste notre admiration. 

Savez-vous que Bernard DIMEY fut élève de l’École Normale de Troyes, rue du Premier mai ? C’est là qu’il fréquenta Jean-Jacques Kihm, Françoise Bibolet, Ostap Kuzma, puis d’autres Troyens le rejoignirent à Paris comme le caricaturiste Michel Moyne. 

Jean Lefèvre qui l’a connu du temps de cette folle époque, le présentera au public de l’ATEC, à la Maison du Patrimoine de Saint-Julien les Villas. (Derrière la mairie).

samedi 3 février 2018

ATEC-TROYES, Conférence Bernard DIMEY un Champenois universel, le 17 février 2018

BERNARD DIMEY présentation

Le 17 février 2018 une conférence de Jean LEFEVRE 
sur Bernard DIMEY
         "Bernard DIMEY un Champenois universel"

Le poète Bernard Dimey a vécu une partie marquante de sa jeunesse à Troyes dans les années 50. Il nous est arrivé de Nogent en Haute-Marne, a fait ses études à l’Ecole Normale du Premier-Mai, a déserté l’enseignement pour lequel il n’était pas fait, puis est parti tenter sa chance à Montmartre.
C’est là qu’il a vraiment commencé à être connu comme parolier et poète. Il y a rencontré des sommités de la chanson et de la scène avec qui il a vagabondé mais d’un vagabondage fécond. Ce furent Henri Salvador, Michel Simon, Aznavour, Reggiani, Claude Brasseur, Mouloudji, la Gréco… On lui doit Syracuse qu’il écrivit pour Salvador ou Mémère pour Michel Simon. Son œuvre poétique encore trop méconnue est considérable. Elle aurait été plus complète et sans doute plus aboutie, s’il n’avait brûlé la chandelle par les deux bouts à cause du « mal de vivre » qui l‘habitait en permanence.
         Jean Lefèvre qu’il a fréquenté à l’École Normale insistera dans sa conférence sur la période troyenne de Dimey quand il fréquentait Jean-Jacques Kihm ou Françoise Bibolet et quand il peignait sous le nom de Zelter.

         Bernard DIMEY un Champenois universel, dont Jean Lefèvre fera le portrait chaleureux, celui d’un écrivain touche-à-tout, sensible au petit monde, tout en  ayant soif d’absolu. « C’était un tragique qui ne se prenait pas au sérieux », dit Mouloudji. 




dimanche 21 janvier 2018

L’ATEC-TROYES : Petit Traité de Cartophilie, en pré-commande

L’ATEC vous propose une introduction à la cartophilie

Petit Traité de Cartophilie

En forme de bilan d’étape, nous avons réuni dans cet exposé divers articles publiés sur le Net en capacité de donner des informations et des connaissances que tout cartophile doit acquérir pour faire fructifier sa collection. Quelques idées personnelles émailleront les sujets, ainsi que des adaptations susceptibles d'intéresser notre lectorat.  Tout n'y est pas, mais l'essentiel est là ! Bonne découverte !
Cette édition spéciale sera disponible à la Bourse
de Saint-Julien-les-Villas du samedi 3 février 2018

ooOoo

La Cartophilie est un phénomène ancien. Dès l'apparition des cartes postales illustrées (à Troyes en 1897), cette objet nouveau de communication personnelle envoyé à découvert, a suscité, curiosité puis  intérêt, au point que certains ont commencé à échanger pour développer des collections mises en album, puis stockées et oubliées dans les greniers. Albums que l'on a ressorti dans les années 60 à 80 avec un plaisir non dissimulé.


Exemple : Un Club CARTO-PHILATÉLIE-CLUB, 11, rue Surgale à Troyes en 1909