jeudi 12 décembre 2013

Margerite BUFFARD-FLAVIEN par Jean LEFEVRE ATEC-TROYES

Marguerite Buffard-Flavien 1912-1944, 

Samedi 14 décembre 2013, à 16 H 00 Auditorium de la Maison du patrimoine 
St-Julien-les-Villas Aube


Marguerite Buffard-Flavien, née dans le Jura en 1912, élève de l'École normale supérieure de Sèvres, devient professeur de philosophie et s'engage en 1934 dans le combat antifasciste. Nommée successivement à Colmar, Caen puis Troyes, restée fidèle au parti communiste, elle est révoquée en décembre 1939. Elle travaille ensuite comme ouvrière dans une bonneterie puis, exclue du PCF, isolée, rejoint la ferme de la famille de son mari. 
Internée en 1942 au camp de femmes de Monts, près de Tours, elle participe à l'une des rares révoltes contre la mauvaise nourriture. Transférée de ce fait à Mérignac, près de Bordeaux, elle s'évade en décembre 1943 et rejoint la Résistance à Lyon. Agent de renseignement à l'inter-région FTP, dénoncée, elle est arrêtée par la Milice le 10 juin 1944. Le 13 juin, vraisemblablement par crainte de' parler sous la torture, elle se défenestre du troisième étage du siège de la Milice, rue Sainte-Hélène. Elle meurt le jour même sans avoir parlé. 

Rapidement, après quelques hommages, elle disparaît de la mémoire collective. Une rue de Troyes porte son nom (Pont du chemin de fer à St-Martin). Jean Lefèvre restitue la figure d'une femme d'exception pleinement engagée dans la vie au nom d'un idéal humaniste.

lundi 18 novembre 2013

Clara ANDRÉ et les PEINTURES MURALES conférence ATEC


« Généalogie Monstier », Chaource. Les clichés anciens témoignent de la détérioration de la couche picturale de ces peintures murales parmi les plus célèbres de l'Aube

Saint-Julien-les-Villas - SAMEDI 16 NOVEMBRE - 
Non seulement Clara André est membre du GRPM (Groupe de recherches sur la peinture murale), mais elle a été à l'initiative des premières « Rencontres » du GRPM en Champagne et plus particulièrement dans l'Aube. Au printemps et pendant quatre jours, une quinzaine de chercheurs, restaurateurs et historiens de l'art ont parcouru le département et visité les églises qui recèlent encore des décors muraux comme celle de Chaource et son étonnante Généalogie Monstier, (MH) ou encore celle de Nogent-en-Othe, dont l'intégralité du décor peint a été restauré. La teneur de ces recherches inédites dans l'Aube doit être restituée au public dans le numéro de La Vie en Champagne de juillet. 
Clara André interviendra samedi, invitée de l'Académie troyenne d'études cartophiles, à l'auditorium de la Maison du patrimoine de Saint-Julien. L'occasion pour le public de découvrir un art qui, s'il n'a pas l'éclat de la statuaire ou du vitrail au XVIe siècle, n'en est pas moins très vivace et riche d'enseignement. « C'est essentiellement dans les années cinquante que s'est amorcée la redécouverte des décors peints », explique l'historienne de l'art. Ces décors comprennent des motifs figuratifs mais également de faux appareillages destinés à donner l'apparence de la belle construction. Clara André a envisagé un angle un peu différent pour aborder ce « panorama des décors peints du XIIe au XXe siècles ». « Je présenterai des documents iconographiques anciens, de la seconde moitié du XIXe siècle au troisième quart du XXe siècle sur cartes postales, gravures, relevés ou clichés photographies réalisés par Mgr Marsat » (ndlr, André Marsat, vicaire épiscopal et conservateur des antiquités et objets d'art). Ces documents, inédits, n'ont jamais été exploités pour la recherche sur les peintures murales. « Ils permettent de faire un état des lieux de la connaissance et de la redécouverte des peintures murales de l'Aube depuis le XIXe siècle », observe la chercheuse.
- « Peintures murales des églises de l'Aube », conférence samedi 16 novembre à 16 h, auditorium de la Maison du patrimoine, à Saint-Julien-les-Villas. Entrée libre.

J.-M. V. H.

vendredi 8 novembre 2013

ATEC-TROYES portraits de membres

















Sabine LAILLET

André DOLAT & Catherine ROBINET photographiés lors de la passation de pouvoir à la présidence à la Société académique de l'Aube.


Pierre DAOUT  

Raymond BURGER  

Dany PEUCHOT

Françoise WEINLING

Jean-Pierre DOSNE  

CLAUDE BERISE

André BEURY  

Daniel ROBINET

Michel TOUSSAINT & Claude FERRARI
Gabriel GROLEY  

Jean-Claude BIBOLET  

Jean-Marie TASSIN  

Claude FERRARI

Pierrette RIVIERE  

Serge CAYREL

Sébastien MERAT

Serge CAYREL & Catherine ROBINET

Jean-Claude BIBOLET   



lundi 8 avril 2013

La vie d'autrefois à Chessy et Ervy

La vie d'autrefois à Chessy et Ervy

Est-Eclair, Vendredi 5 Avril 2013
La carte postale, média de l'époque, a permis de flâner dans l'Ervy d'autrefois
La carte postale, média de l'époque, a permis de flâner dans l'Ervy d'autrefois
Chessy-les-Prés - Le président de l'Académie troyenne d'études cartophiles (Atec), Jacques Fournier, a fait partager son enthousiasme au public venu nombreux assister à sa conférence sur les forces vives d'autrefois à Ervy-le-Châtel. En introduction, il fit une présentation de la commune de Chessy-les-Prés qui accueillait la conférence dans la salle du Four-à-Pain.
L'exposé s'est poursuivi à la découverte d'Ervy. Dans un retour vers le passé, l'orateur a emmené l'auditoire jusqu'à la période gallo-romaine.
Les personnes présentes ont découvert, au travers de plans cadastraux napoléoniens et de vues aériennes plus récentes, la construction en rotonde du village d'origine, dominant la vallée.
Les cartes postales ont conduit l'assistance à traverser la vie sociale du XIXe siècle, à flâner dans les rues à la découverte des puits anciens, seules sources d'approvisionnement en eau, de maisons moyenâgeuses, ainsi que des entreprises, des commerces et nombre d'activités parfois disparues. Des métiers encore en pratique mais oubliés, tels que le moussier qui récolte la mousse dans les sous- bois, destinée aux fleuristes.
L'intervenant a fait découvrir à tous la collection de monnaies anciennes de François-Édouard Jourdain, distingué numismate et ancien maire d'Ervy. Celle-ci manqua être dispersée à sa mort. Elle est conservée à la bibliothèque de Troyes.
L'assemblée a fait également la connaissance de Guillaume Laplagne, Ervytain méconnu, sculpteur africaniste. Il participa à la création de l'école des Beaux-Arts du Caire dont il fut le premier directeur de 1908 à 1918.
Cette réunion instructive s'est terminée autour du verre de l'amitié offert par l'association la Dynamic ervytaine à l'initiative de cette conférence.