vendredi 30 juin 2017

TROYES : Souvenir de Monsieur Jean DARBOT

Accident mortel à Crésantignes : un Puydômois condamné

lundi 19 juin 2017

TROYES : M. Jean DARBOT, anniversaire de décès


Il y a un an,  Monsieur Jean DARBOT,  nous quittait.
Chevalier de l’ordre national du Mérite, chevalier des Palmes académiques, ingénieur de l’Institut textile de Mulhouse, ancien directeur des Achats à la Société Vitos, conseiller de l’Enseignement technologique, chargé de mission auprès du Musée de la bonneterie, Troyes

Un terrible accident de la circulation a mis fin à sa vie le 20 juin 2015 à l'âge de 88 ans. Tous ses amis et collègues étaient sous le choc d’une aussi triste nouvelle.

L’ATEC, dont il partageait les travaux, s’est associée à tous ceux qui le connaissaient, l’avaient côtoyés et appréciés. Jean était un homme délicat, un peu secret, fidèle en amitié, dont on appréciait l’esprit de finesse et de génie. Désormais, Jean, on peut le retrouver à travers ses œuvres. En particulier celles consacrées à Charles FAVET dont il était le légataire d’une œuvre importante qu’il voulut diffuser largement pour la faire mieux connaître, ou à Albert RATY, peintre belge. Jean était aussi un numismate averti, passion qu'il partageait avec son ami Jacques GODIN.
Au catalogue BNF :
Bonneterie auboise, 1989
Charles Favet, graveur sur bois (Reims 1889 - Troyes 1982), les grands bois à tirage limité et les vignettes de circonstance, 2007
Charles Favet, graveur sur bois (Reims 1899 - Troyes 1982), le chemin d'une vie, 2004
Charles Favet, Reims 1899 - Troyes 1982, graveur d'ex-libris, 2005
Jocelyn Mercier, graveur d'ex-libris, 1993 
Raoul Vion et la réclame humoristique à Troyes, : Académie troyenne d'études cartophiles
Rédacteur : Jacques Roland FournierMichel Toussaint
Éditeur scientifique : Académie troyenne d'études cartophiles
Les fortifications, les rues, les maisons anciennes et quelques églises de l'agglomération, 1992
Éditeur scientifique : Association des amis des archives de l'AubeAube. Archives départementalesJosé MouillefarineJean Murard

Au catalogue de la Société académique de l’Aube :
Biographie de Henry Prudence Gambey 1971-1972
Le progrès technique à Troyes, centre de bonneterie au XIX° siècle 1982-1983
Quelques ex-libris composés pour des membres de la Société Académique par notre collègue Charles Favet 1997
Dénominations et marques officielles de la Société Académique de l'Aube depuis sa création 1998
Le peintre belge Albert Raty (1889-1970) 2006

Auxquels il faut ajouter des articles dans LA VIE EN CHAMPAGNE comme :
Historique des entreprises Quinquarlet et Valton. La Vie en Champagne, janv. 1989, n° 394 
Du franc à l’euro-L’atelier monétaire de Troyes et sa place dans la fabrication du franc par Jean Darbot et Jacques Godin, n° 29, 2002

A l’ATEC Jean avait tenu à présenter les illustrations satiriques et publicitaires de Raoul VION, auquel il vouait un culte particulier. Et aussi, avec notre complice Michel TOUSSAINT, une plongée dans les cinémas troyens des débuts à 1945. Autant de moments studieux auxquels il apportait toute son attention et ses qualités de chercheur en archives.

Jean nous ne t’oublions pas.
JRF

ATEC-TROYES visite THOMERY (Seine & Marne) 17 juin 2017


Le site des Longs sillons, la culture du Chasselas.
A la fin du XIXème siècle, plus de 800 tonnes de raisin étaient expédiées sur Paris. Les murs qui servaient à sa culture ont été partiellement conservés. Cette production fit la richesse de Thomery jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Elle a disparu dans les années 60 en raison de l’évolution des méthodes de production, de transport et de conservation modernes. D'autres cultures fruitières ont également été pratiquées à Thomery, notamment celle des pêches, des poires et des pommes.


Le chemin des Longs Sillons est un ensemble de hauts murs spécifiques de la commune de Thomery en Seine-et-Marne construits dès le premier tiers du XVIIIe siècle pour la culture du raisin de table d'une variété locale dite de « chasselas de Thomery ». L'essentiel du bourg de la commune de Thomery et de l'ancienne commune de By, aujourd'hui fusionnée à Thomery, sont sillonnés de hauts murs, espacés de 9 à 10 mètres sur une longueur allant jusqu'à 100 mètres, qui suivent la pente naturelle du coteau de Thomery descendant vers la Seine. Ces murs hauts d'environ 2,50 à 3 mètres, faits de pierres maintenues par un mortier de terre, ont été érigés pour la culture particulière à Thomery du raisin selon la technique de l'espalier afin de restituer un maximum de chaleur à la vigne cultivée dans cette zone très septentrionale pour un raisin de table.
Le chemin des Longs Sillons est un sentier pédestre public communal de 645 mètres de longueur totale et large de 3 à 5 mètres, bordé de ces hauts murs à raisin, serpentant entre les jardins privatifs des lieux-dits des Longs-Sillons, des Merisiers-Coquins, des Rentières et des Folies. Il existe également un autre chemin de ce type, mais non classé, appelé « sentier rural des Grands-Clos », dans la partie basse de Thomery, longeant la rue du 4-Septembre.

Les premiers murs ont été construits vers 1730, suivi d'une deuxième vague importante en 1840 avec le succès de la culture de la vigne et l'augmentation de la production du raisin dans la seconde partie du XIXe siècle. Représentant au total à leur apogée vers 1850, plus de 250 km de murs linéaires pour une culture de la vigne s'étendant sur plus de 205 hectares, ils sont aujourd'hui beaucoup moins nombreux et dans leur très grande majorité dépourvus de vignes, servant de limites cadastrales entre les terrains des maisons particulières qui ont été construites au XXe siècle avec la chute de la production du chasselas. source Wikipédia

Livre cartophile :  "Thomery patrimoine viticole" et "Thomery à l'âge d'or de la carte postale" d

vendredi 9 juin 2017

ATEC-TROYES, sortie culturelle juin 2017



ATEC-TROYES, Visite de THOMERY

17 juin 2017 : THOMERY, visite des murs à raisin
Thomery a offert aux Rois résidant à Fontainebleau comme aux gourmets parisiens du raisin de chasselas disponible toute l'année ! Pour ce faire, pas moins de 150 kilomètres de murs à vignes ont été dressés sur des coteaux parfaitement orientés. Cette architecture, si particulière, a marqué le paysage de Thomery de ces scarifications minérales. Des associations locales font aujourd'hui revivre cette technique unique en son genre « à rafle verte » inventée à la Renaissance.

Sur les bords de Seine, à deux pas du Château de la Rivière, superbe domaine privé et de l'église classée Saint-Amand construite au XIIe siècle et restaurée en 2006, se trouvaient les bains du Roi, également baptisés « port d'effondré » où l'on chargeait les précieuses grappes. François Ier venait de Fontainebleau profiter de ce calme bras de Seine. L'endroit a gardé toute la majesté de l'époque. L'art et principalement la peinture sont venus compléter cette panoplie épicurienne, grâce à Rosa Bonheur, célèbre peintre animalier, venue au XIXe siècle installer son atelier sur les hauteurs de la commune. Au travers de visites guidées de la ville, vous découvrirez Thomery et son histoire.