lundi 19 juin 2017

ATEC-TROYES visite THOMERY (Seine & Marne) 17 juin 2017


Le site des Longs sillons, la culture du Chasselas.
A la fin du XIXème siècle, plus de 800 tonnes de raisin étaient expédiées sur Paris. Les murs qui servaient à sa culture ont été partiellement conservés. Cette production fit la richesse de Thomery jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Elle a disparu dans les années 60 en raison de l’évolution des méthodes de production, de transport et de conservation modernes. D'autres cultures fruitières ont également été pratiquées à Thomery, notamment celle des pêches, des poires et des pommes.


Le chemin des Longs Sillons est un ensemble de hauts murs spécifiques de la commune de Thomery en Seine-et-Marne construits dès le premier tiers du XVIIIe siècle pour la culture du raisin de table d'une variété locale dite de « chasselas de Thomery ». L'essentiel du bourg de la commune de Thomery et de l'ancienne commune de By, aujourd'hui fusionnée à Thomery, sont sillonnés de hauts murs, espacés de 9 à 10 mètres sur une longueur allant jusqu'à 100 mètres, qui suivent la pente naturelle du coteau de Thomery descendant vers la Seine. Ces murs hauts d'environ 2,50 à 3 mètres, faits de pierres maintenues par un mortier de terre, ont été érigés pour la culture particulière à Thomery du raisin selon la technique de l'espalier afin de restituer un maximum de chaleur à la vigne cultivée dans cette zone très septentrionale pour un raisin de table.
Le chemin des Longs Sillons est un sentier pédestre public communal de 645 mètres de longueur totale et large de 3 à 5 mètres, bordé de ces hauts murs à raisin, serpentant entre les jardins privatifs des lieux-dits des Longs-Sillons, des Merisiers-Coquins, des Rentières et des Folies. Il existe également un autre chemin de ce type, mais non classé, appelé « sentier rural des Grands-Clos », dans la partie basse de Thomery, longeant la rue du 4-Septembre.

Les premiers murs ont été construits vers 1730, suivi d'une deuxième vague importante en 1840 avec le succès de la culture de la vigne et l'augmentation de la production du raisin dans la seconde partie du XIXe siècle. Représentant au total à leur apogée vers 1850, plus de 250 km de murs linéaires pour une culture de la vigne s'étendant sur plus de 205 hectares, ils sont aujourd'hui beaucoup moins nombreux et dans leur très grande majorité dépourvus de vignes, servant de limites cadastrales entre les terrains des maisons particulières qui ont été construites au XXe siècle avec la chute de la production du chasselas. source Wikipédia

Livre cartophile :  "Thomery patrimoine viticole" et "Thomery à l'âge d'or de la carte postale" d

Aucun commentaire: