mardi 31 mai 2016

ATEC-TROYES, visite du Château de Maulnes

Samedi 25 juin : Sortie culturelle de l’ATEC
Autour de la Pierre à bâtir bourguignonne

Château de Maulnes


Cruzy-le-Châtel, Yonne
Situé aux confins de l’Yonne sur le territoire de la commune de Cruzy-le-Châtel, non loin de Tonnerre, Tanlay et Ancy-le-Franc, le château de Maulnes est un monument unique en France par la forme pentagonale de son plan, centré autour d’un escalier-puits. Ce château Renaissance a été construit dans la deuxième moitié du XVIème siècle par des commanditaires influents. Il a connu à travers les siècles des utilisations diverses mais en dépit des outrages que lui ont fait subir les hommes et le temps, il a conservé une part de mystère et de poésie qui continue aujourd’hui de nourrir notre imaginaire. Le château est propriété du Département de l’Yonne.


MAULNES
Situé aux confins de l’Yonne sur le territoire de la commune de Cruzy-le-Châtel, non loin de Tonnerre, Tanlay et Ancy-le-Franc, le château de Maulnes est un monument unique en France par la forme pentagonale de son plan, centré autour d’un escalier-puits. Ce château Renaissance a été construit dans la deuxième moitié du XVIème siècle par des commanditaires influents. 
Il a connu à travers les siècles des utilisations diverses mais en dépit des outrages que lui ont fait subir les hommes et le temps, il a conservé une part de mystère et de poésie qui continue aujourd’hui de nourrir notre imaginaire.
Le château est devenu propriété du Département qui a aussitôt entrepris les recherches archéologiques et historiques nécessaires pour guider le choix des partis de restauration. La restauration a commencé par la mise en sécurité d’un parcours de visite qui permet d’ouvrir le château au public pendant la durée des travaux. Elle se poursuit par la restauration du bâtiment des communs et par celle des façades, planchers et toitures du corps de logis.






samedi 28 mai 2016

l'ATEC-TROYES rend visite aux Les Oblates de St-François de Sales

Horloge astronomique du Révérend Père Louis BRISSON
Des membres de l’ATEC ont visité l’horloge astronomique et la salle des souvenirs de la Maison mère des Oblates de St-François-de-Sales.
Sous la conduite de Sœur Marie Hélène, quelques membres de l’ATEC ont visité l’horloge astronomique, la salle des souvenirs​, la chapelle et la crypte, ainsi que le jardin de la Maison mère des Oblates de St-François-de-Sales, au 4 rue des Terrasses à TROYES. 
Cette visite commentée a permis de découvrir l’horloge construite en 1860 par le R. P. Louis BRISSON. 
Sœur Marie-Hélène responsable du précieux objet nous a donné de nombreuses explications sur cette horloge très particulière. La visite de la salle des souvenirs restera comme un des moments forts de cet après-midi de découverte. 
Tous nos remerciements vont à Sœur Marie Hélène et à la communauté des oblates qui nous ont ouvert leur porte avec tant de gentillesse.

Académie troyenne d’études cartophiles remercie Sœur Marie-Hélène qui a permis et facilité l’organisation de la visite pour les membres de l’ATEC.


"Merci pour les photos - souvenirs : Aussi un grand merci à Sœur Marie-Hélène qui nous a permis de visiter avec explications la pendule du R.P. Brisson - S.M. Hélène en a la responsabilité ! Quel génie ce R.P. Brisson  !  Après midi enrichissante où Sœur Marie Hélène nous a entraîné dans  "son centre de vie" . C'est une chance de nous accorder ce moment." Denyse

A propos des Oblats et Oblates, une courte explication de Sœur Marie-Hélène :

Sœurs Oblates et Pères Oblats ; 
ou encore religieuses Oblates, et religieux Oblats... 
et l’appellation “de Saint-François de Sales donne la note “salésienne”, elle indique l’esprit de la Congrégation. Tout comme des Jésuites ne sont pas des Franciscains, ni des Bénédictins ou des Carmes...

Ce qui est différent des Oblats et Oblates en général : pour notre Congrégation, ce mot Oblat-Oblate est inclus dans le nom même de nos Congrégations, par désir du Père Brisson qui nous a voulus offerts pour Dieu et pour les autres... et pour nous Oblates, ayant été aussi instituées comme “auxiliaires du clergé” par l’évêque consécrateur des premières Sœurs, nous portons le nom de ces offrandes (Oblata) apportées sur l’autel.

Le texte de Wikipédia explique entre autre qu’il s’agit souvent de personnes n’ayant pas prononcé de Vœu ou ne faisant pas vraiment partie entière d’un ordre... etc.
Or ce n’est pas le cas pour nous. Nous constituons deux ordres religieux (féminin en 1866 puis masculin quelques années plus tard) avec des Vœux perpétuels, et dépendants directement de Rome et qui ne peuvent être intégrés à un autre Ordre.

C’est pour cette raison : comme religieux et religieuses, avec des Vœux perpétuels, Rome nous a demandé il y a déjà quelques décennies, de nous appeler Pères Oblats de Saint-François de Sales (ou Frères pour ceux qui ne sont pas encore prêtres et qui poursuivent leurs études) et Sœurs Oblates de Saint-François de Sales, pour être bien différenciés des groupements, assemblées ou réunions, etc. d’Oblats ou d’Oblates qui ne sont pas religieux.




lundi 16 mai 2016

TROYES : Maître Pierre POMEZ, 1ère vente de cartes postales anciennes

Une belle série de 6 CPM rappelle une vente aux enchères de cartes postales anciennes dans l'étude de Maître POMEZ.

Les 15 et 16 Mai 1976

En 1970, se tenait à Troyes la 1ère vente de cartes postales anciennes aux enchères par M. Pierre POMEZ. C'était le 2 avril 1970 à l'Hôtel  des Ventes de la rue de la Paix. 

- La première en France -

Remercions M. Pierre POMEZ qui a beaucoup œuvré pour la cartophilie auboise.

samedi 7 mai 2016

ATEC-TROYES : Le Commandant DRIANT et le 1er Bataillon de Chasseurs à Pied

Conférence ATEC du samedi 21 mai 2016

L’ATEC donnera sa conférence mensuelle gratuite
Samedi 21/05/2016 à 16 h 00 à l’Auditorium de la Maison du patrimoine à St-Julien-les-Villas.

Thème :
Le Commandant DRIANT et le 1er Bataillon de Chasseurs à Pied,
par Jacques Roland FOURNIER, président de l'ATEC

 Emile DRIANT (11 septembre 1855 – 22 février 1916) traverse   la   deuxième   moitié   du   XIXème siècle du Second Empire  à la  IIIème République. Il participe à l’aventure coloniale, à Tunis. A   l’époque,   c’est   surtout   une   célébrité politique et littéraire. Il a une carrière militaire classique et hors norme en même temps.
Elève brillant au lycée de Reims, il intègre Saint-Cyr à 20 ans après avoir obtenu une licence de lettre et de droit. Lieutenant en 1883 au 43ème régiment d’infanterie, puis est affecté à  Tunis   où   il   fait   connaissance   du   Général   Boulanger,   à   l’époque Gouverneur   général,   dont   il   est   l’officier   d’ordonnance   et   gendre   en   épousant Marcelle Boulanger.  

Capitaine   en   1886,   il   suit   Boulanger   devenu   Ministre   de   la guerre. Il va se trouver mêlé à une des grandes crises de la IIIème République.
       En 1899, il prend la tête du 1er Bataillon de Chasseurs à Pied stationné à la caserne Beurnonville à Troyes. (13 juin 1871 : le bataillon prend la dénomination de « 1er Bataillon de chasseurs à pied », appellation qu'il conservera jusqu'en 1951.)
       1899 à 1905 : Commandant Émile Driant, nommé chef de bataillon depuis 1896, le commandant Émile Driant est nommé en juillet 1899 chef de corps du 1er Bataillon de chasseurs à pied alors en garnison à Troyes. Il exerce son commandement avec mérite – ce dont témoignent unanimement ses subordonnés et la presse locale – et fait du bataillon un bataillon d’élite connu dans toute l’armée sous le nom de « Bataillon Driant » très populaire en Champagne.
       En 1905, il démissionne de l’armée lorsqu’il est sanctionné pour des faits liés à ses convictions politiques.
       A la déclaration de guerre en août 1914, il n’est pas mobilisable compte-tenu de son âge, mais se déclare volontaire. Il décédera au combat le 22 février 1916, au bois des Caures devant Verdun.

Catholique et pratiquant, Il met ses enfants au collège Urbain IV. Il symbolise les difficiles relations entre les catholiques, l’armée et la République. Au-delà, il appartient à la droite nationaliste et comme écrivain militaire et Député.

 Conférence ATEC : Auditorium de la Maison du patrimoine, 3 rue Jean-Jacques Rousseau, St-Julien les Villas - Samedi 21 mai, 16 heures - Entrée et parking gratuits - Brochures et carte postales modernes disponibles sur place. Plus de détails sur : http://atec-troyes.blogspot.fr/


TROYES le Colonel DRIANT, en Conférence à l'ATEC, 21 mai 2016

Le colonel DRIANT et ses Chasseurs au Bois des Caures
(Caures, noisettes en patois Lorrain) 
copyright photo Service Historique des Armées de Terre

Emile Augustin Cyprien DRIANT -
 Mort pour la France le 22-02-1916 (Verdun, 55 - Meuse, France)
Né le 11-09-1855 à Neufchâtel (02 - Aisne, France)
Lieutenant-colonel, 56e bataillon de chasseurs à pied (56e BCP)
Émile, Augustin, Cyprien Driant (Neufchâtel-sur-Aisne, 11 septembre 1855 – Beaumont-en-Verdunois, 22 février 1916) est un officier de carrière français. Gendre du général Boulanger, écrivain sous le pseudonyme de Danrit ou capitaine Danrit, commandant du 1er BCP à Troyes de 1898 à 1905, élu en 1910 député de Nancy, il reprend le service au début de la Première Guerre mondiale. Il meurt à Verdun à la tête des 56e et 59e bataillons de chasseurs, en février 1916.


Le Commandant DRIANT a laissé un souvenir durable de son affectation à TROYES au 1er BCP stationné à la Caserne Beurnonville.
Le rappel de son souvenir sera évoqué en conférence le samedi 21 mai 2016, à 16 h 00.
Entrée Gratuite