dimanche 6 août 2017

Série des CPA dessinées par Charles MAREY - Arsonval

Au plaisir de la découverte !
Trois nouvelles cartes viennent enrichir la série signée Charles MAREY. 
Nous en avons donc recensé 12. 
Je vous rappelle l'origine de notre recherche à propos de la présence des soldats américains en 1918-19 dans les villages autour de Bar sur Aube, important centre d'entrainement des troupes avant l'assaut final sur l'armée allemande, Baccarat Vosges, Champagne, Saillant de St-Mihiel. Les communes de Jaucourt et Arsonval ont reçu les "Sammies". Nos cartes postales en témoignent !

Jaucourt et Arsonval sont deux villages paisibles établis de chaque côté de la rivière Aube. Arsonval est traversée par la N19.
Seul un pont les relie. Ce pont a été emporté par la crue de 1910. Cet événement à fait l'objet d'une série de huit cartes postales photographiques, un véritable reportage vivant de la catastrophe. Nous la ferons bientôt paraître dans ce blog ATEC.



La série de Charles MAREY : Après JAUCOURT et ses 9 cartes, en voici 3 sur la commune d'ARSONVAL que juste la rivière Aube sépare de JAUCOURT.

Cartes postales sur lesquelles on retrouve des soldats américains, comme sur celle de Jaucourt.
Certainement que l'armée US a aussi manœuvrée sur le finage de la commune.

Bien dommage que celle-ci soit caviardée !
Si vous la possédez ou d'autres, merci de nous envoyez un scan. 

Nous en ferons profiter tout le monde.
LE GRENIER A SEL :

          Face à la boulangerie d'Arsonval est une ancienne maison flanquée d'une tour. Les murs de l'habitation ont 80 cm d'épaisseur. Le toit était autrefois un chaperon cônique. Vers 1920, le propriétaire de l'époque fut contraint de procéder à des réparations et des restaurations. Ce toit pittoresque fut sacrifié pour être remplacé par un toit de forme aplatie. Des cartes postales de l'époque (vers 1912 environ) montraient le bâtiment primitif. La tour possède une très belle cave voûtée. La légende dit que cette tour était un ancien grenier à sel du temps de la "Gabelle" (ancien impôt sur le sel). Il est difficile de fournir une certitude à ce sujet. D'abord, la dénomination Grenier à Sel consacrée par l'usage local se rapporte à un ancien magasin à sel, sans pour autant confondre la tour d'Arsonval avec l'office de juridiction de la Gabelle.

          On désignait Grenier à Sel le lieu clos où l'on faisait sécher le sel avant de le vendre. Le même nom désignait une juridiction de 1342 au sujet des contestations concernant la Gabelle. Des archives locales font mention du bureau du sel et tabac à Arsonval, tenu en 1788 par Jean Astruc puis Mutinot. Sur la façade de la tour, on lisait autrefois la date de 1642. D'autre part, le propriétaire de l'époque (1920) se souvenait avoir trouvé des bulletins à demi-rongés par les rats. Ces bulletins étaient des feuilles de transport de sel, des genres de laisser-passer actuels. Maintenant, il paraissait peu vraisemblable que la cave de la tour ait servi à emmagasiner su sel, le risque d'humidité étant nuisible à la conservation de ce produit. Le grenier à sel d'Arsonval reste donc une énigme.
Source : J-C DARSONVAL https://sites.google.com/site/darsonvalleon/



Aucun commentaire: